Articles

ET SI VOUS COMMUNIQUIEZ VIA LE TEXTILE PROMOTIONNEL ?

Une récente étude réalisée par la 2FPCO* fait apparaître que les Français conservent jusqu’à 5 ans le textile promotionnel dans leur garde-robe. Ces vêtements font d’ailleurs partie du top 5 des objets médias plébiscités par les consommateurs.

Tee-shirt, sweat-shirt, polo, parka, softshell, bodywarmer, casquette ou écharpe : Objet média par excellence, il possède une aura particulière parce que notre relation au vêtement est très personnelle : le récipiendaire d’un tee-shirt ou d’un polo publicitaire ne le portera que s’il est en adéquation avec ses propres valeurs.

 

LE POUVOIR DU SOUVENIR

En effet, qu’il représente le souvenir d’un événement privilégié -une compétition un concert-ou d’une valeur défendue par une marque ou un collectif nous sommes fiers de le porter, surtout s’il est de qualité.

 

LE TEXTILE PUBLICITAIRE POUR L’APPARTENANCE AU GROUPE

Utilisé à des fins d’image, le vêtement professionnel promotionnel est très en vogue et entretient la notion d’appartenance à l’entreprise. Il véhicule les valeurs de l’entreprise à travers son style, sa qualité mais aussi sa personnalisation. Que ce soit au quotidien sur le lieu de travail ou sur un salon, c’est souvent un vêtement qualitatif qui reprend le code couleur de l’entreprise ou un logo, de façon plus ou moins discrète en fonction de l’utilisation que l’entreprise veut en faire : ambiance feutrée et discrétion pour les salariés d’un hôtel de prestige mais slogan ou logo bien visible sur un salon ou en extérieur. Et jusqu’aux EPI (équipement de protection personnalisé), le vêtement professionnel peut être marqué.

 

OFFRIR UN TEXTILE PUBLICITAIRE DE QUALITÉ

Ce vêtement défend votre marque et vos valeurs, il s’agit donc d’un investissement : n’allez pas au moins offrant. Si vous souhaitez qu’il reste « utile » à votre marque, il doit être porté souvent et longtemps : misez sur la qualité, le style, et la sécurité.

Imaginez que le vêtement rétrécisse ou perde ses couleurs au lavage, c’est un fiasco assuré et des clients mécontents d’être mal traités,

Pensez qualité, pensez également à la sensation de plaisir et de bien-être que le toucher d’un textile agréable peut procurer.

Optez pour une certification Oekotex afin de vous assurer qu’il ne contient pas de substances nocives pour la peau s’il s’agit d’un vêtement à porter à-même la peau tel un tee-shirt ou un polo et Intéressez-vous au textile bio pour des raisons d’écologie et de respect de l’environnement.

Il existe de nombreux modèles standards, des coupes hommes, femmes (et enfants) et de plus en plus de modèles se rapprochent des textiles «mode».

 

ET LE MARQUAGE ?

Le textile publicitaire présente généralement une grande surface de marquage. Il est important de choisir le type de marquage et son emplacement car là aussi le choix est vaste et s’adapte à vos besoins.

Plusieurs techniques de marquage sont à votre disposition, de la sérigraphie au transfert en passant par la sublimation et la broderie. Et vous pouvez également choisir votre emplacement : côté cœur, anti-cœur, manche, nuque, etc…

S’il s’agit d’équiper des salariés sur un chantier ou des coureurs de marathon, privilégiez une grande surface de marquage dans le dos, afin que la marque soit bien vue de tous, s’il s’agit un tee-shirt pour des étudiants (hormis pour leur école), autant faire light et un marquage nuque sera discret et apprécié.

 

Vous l’aurez compris, le textile promotionnel est un objet média de choix qui plait, qui dure et qui vous assure une présence continue auprès de la cible.

Il vous faut donc faire le bon choix : nous vous conseillons de vous adresser à un spécialiste de l’objet média, qui saura vous conseiller dans le choix de vos textiles et du marquage pour offrir un cadeau apprécié de vos clients.

 

Adaptez votre budget à votre cible, et puisque nous parlons environnement de manière pressante, plutôt que d’acheter en quantité, achetez en qualité car les récipiendaires conserveront votre objet media plus longtemps, sécurisant ainsi le taux de mémorisation de votre message comme de votre marque.

 

* Source : étude CSA Research /2fcpo 2017 : Perception de l’objet publicitaire par les Français.

web-2FPCO

web-2FPCO

Campagne de la 2FPCO* pour le marquage en France

La Fédération Française des professionnels de la communication par l’objet (2FPCO) entame une campagne de sensibilisation et de communication pour la valorisation du marquage en France.

Au Rêve du Dogon, adhérent depuis (presque) les origines de la 2FPCO, nous valorisons depuis plusieurs années le travail de nos partenaires marqueurs français.

Nous sommes donc très heureux de partager avec vous le dernier article de notre fédération professionnelle ….

« Dans la mouvance du made in France, le marquage en France de vos objets média est une stratégie intéressante, autant d’un point de vue technique que marketing.

Le made in France revient en force. L’époque du tout « made in China » semble donc révolue. C’est d’ailleurs un fait établi : aujourd’hui, la majorité des Français sont prêts à payer plus cher pour consommer des produits made in France ou made in Europe. Certaines enseignes de la grande distribution l’ont compris, en ouvrant des rayons entiers dédiés aux produits étiquetés « Origine France ».

Pour ce qui est de l’objet média comme pour le reste, le Made in France est apprécié par les consommateurs. 74% des Français considèrent comme important le critère de fabrication française d’un objet publicitaire*.

Le marquage en France, la bonne alternative

Toutefois, s’il n’est pas toujours possible, notamment d’un point de vue budgétaire, de faire fabriquer en France, une solution intermédiaire consiste à procéder localement au marquage d’objets média. Selon le président de la 2FPCO**, « le marquage en France, s’il n’est pas encore la règle, est de plus en plus fréquent. Le client payera peut-être 10 à 20% plus cher sur le marquage de ses objets média, mais ce léger surcoût sera compensé par de nombreux avantages : rapidité, efficacité, qualité du travail, conseil qualifié, impact sur l’image de marque ».

Des avantages à tous les étages

LA RAPIDITÉ

Soumis à de nombreux imprévus, les délais de livraison d’un objet média marqué à l’autre bout du monde sont souvent importants et difficiles à anticiper, Le marquage en France réduit considérablement ces impondérables.

LA QUALITÉ DU TRAVAIL ET DU SUIVI

La proximité (géographique et linguistique) facilite grandement les échanges entre votre fournisseur et son marqueur français : c’est pour vous la garantie d’un suivi de qualité.

« Les marqueurs français membres de la 2FPCO se positionnent aujourd’hui, non comme de simples sous-traitants, mais comme des partenaires de leurs clients auxquels ils prodiguent conseil et expertise, explique le président de la 2FPCO. Par ailleurs les marqueurs français ont un véritable savoir-faire et maîtrisent parfaitement toutes les techniques de marquage existantes ».

L’IMAGE DE MARQUE

En pariant sur le « marqué en France », l’annonceur ne communique pas seulement sur sa marque ou ses produits, mais également sur ses valeurs. Il défend une vision plus civique et solidaire de l’économie, autant en termes de bilan Carbone que de soutien à l’emploi. Selon le FIMIF***, un produit manufacturé en France génère trois fois plus de travail qu’un produit importé. Voilà un argument marketing de taille pour relocaliser la production ou le marquage de vos objets.

*Source : Enquête CSA Research – 2FPCO Juillet 2017

web-2FPCO* Fédération Française des professionnels de la communication par l’objet

Le Made in france

Le Made in France : une importante opportunité économique

Le Rêve du Dogon a décidé de faire un focus sur l’impact que pourrait avoir le Made in France sur l’économie française.

Selon Le guide des produits made in emplois : ou comment consommer contre le chômage de Charles Huet, paru en 2013, le nombre d’entreprise produisant en grande majorité des produits dits « Made in France » aurait doublé entre 2013 et 2016.[1]

Mais le fait de voir ce nombre doubler en a peine trois ans, ne signifie en rien que le Made in France a remporté son pari. Au contraire cela doit pousser les entreprises, les institutions et les consommateurs à faire mieux. Car aujourd’hui, en France, pour un même secteur ou pire encore pour un même produit ou service, nous exportons la grande majorité de ce que nous produisons, alors que dans un même temps nous importons la grande majorité de ce que nous consommons, quelle aberration ![2]

Le Made in France doit être vu comme étant une opportunité pour contrer la désindustrialisation de notre territoire national. Depuis 2009, selon l’observatoire TRENDEO, ce sont près de 600 usines qui ont disparu (différence entre les ouvertures et les fermetures). Ce chiffre illustre parfaitement le million d’emploi qui ont également disparu en à peine 20 ans, et la part deux fois moins importante de l’industrie dans notre économie, à savoir 12% aujourd’hui contre 25 % dans les années 1960.[3]

C’est pour cela que nous souhaitons montrer que le Made in France peut être un très bon levier pour l’économie française, une formidable opportunité pour relocaliser l’emploi mais aussi un très bon facteur d’amélioration de notre performance environnementale qui pourrait inscrire la France dans une démarche pérenne de développement durable.

Quel impact économique ?

Le Made in France pourrait avoir un fort impact sur l’économie française mais seulement si une grande partie de ce que nous produisons restait en France.

Or, comme l’indique le degré d’autonomie français, c’est à dire la part de la production locale qui est effectivement intégrée dans les biens ou services consommés par les ménages, l’exemple de la France n’est pas à suivre. En effet au niveau national, cette part s’élève à 49% et descend entre 25 % et 10 % pour une moyenne-grande aire urbaine et passe entre 10 % et 2 % pour les territoires ruraux et les petites aires urbaines[4]. Autrement dit, plus vous êtes dans une zone rurale ou une petite commune, plus vous serez dépendants de la mondialisation.

De plus, la part des importations dans la consommation française n’a cessé de croître depuis la fin des années 1960 passant de 13 % environ à 33 % lors de l’année 2017.

MIF

Dans le même temps, la part du made in France dans le marché intérieur passe de 86,9 % en 1949 à 68,5 % en 2017[5].

Ces chiffres mettent bien en relief la nécessité pour l’économie française de réintégrer au sein de son tissu industriel de nouvelles industries permettant de générer de l’emploi et de la croissance.

Selon une étude menée en 2014 par le Centre de Recherche pour l’Étude et l’Observatoire des Conditions de Vie (CRÉDOC), les français sont de plus en plus attachés au Made in France. Un consommateur sur deux déclare privilégier les produits français et 68 % d’entre eux estiment que les produits fabriqués en France sont de meilleure qualité que les biens produits en dehors de l’Europe[6].

Cependant, les français n’ont jamais consommé aussi peu de produits français de toute leur histoire. Le lien entre l’impact de la désindustrialisation et l’échec du Made in France semble donc apparaître et la nécessité de refonder une industrie en France devient plus qu’urgente. En effet, la meilleure répartition des profits et des investissements dans l’industrie couplée à un coût salarial français inférieur à celui de l’Allemagne laisse penser qu’une reprise de l’industrie peut être possible en 2018. Mais cela n’est pas certain, car comme le souligne l’économiste Denis Ferrand, le risque que l’industrie soit trop atrophiée et que les mesures pour la sauver aient été trop tardives existe réellement et n’est pas à négliger[7].

Quel impact social ?

Il semble certain que le Made in France peut aussi avoir un fort impact social. Car lorsqu’un phénomène, ici le Made in France, peut avoir des impacts positifs sur l’économie française c’est que son impact social est aussi potentiellement important. Entre la création d’emploi, la résilience des territoires aux crises, la création de lien social et la quête de sens, le Made in France postule à une place prépondérante dans l’avenir de notre économie.

En effet, lorsque l’on prend pour exemple les expériences nord-américaines menées au sein du réseau Balle, une relocalisation de 5 à 10 points est entièrement possible et génère un cercle vertueux sur beaucoup de paramètres sociaux tels que l’emploi, les territoires etc.[8]

Il faut réussir à faire en sorte que ce qui est produit sur un territoire soit aussi vendu sur ce même territoire, car la création de lien social fait partie intégrante de la création d’emploi et par conséquent de la croissance. C’est en recréant ce lien entre la demande intérieure et l’industrie qu’il sera possible d’inverser la tendance économique actuelle.

Pour ce faire, il est important d’informer le consommateur sur son potentiel impact s’il était amené à consommer essentiellement français. Par exemple, il faudrait que tout le monde puisse savoir que d’acheter un produit français par rapport un à même produit étranger a un effet multiplicateur de trois sur l’emploi en France. Il faudrait aussi savoir que d’acheter une fois sur deux une paire de chaussures française contribuerait à conserver 55 000 emplois. Il faudrait aussi savoir que d’acheter 1 fois sur 3 un vêtement issu d’une production française permettrait de conserver 160 000 emplois en France. Que du fait de notre modèle de consommation, la filière française du textile est passée de 600 000 emplois en 1985 à 60 000 en 2014 soit une diminution de 900%[9].

Enfin, informer les gens les éduqueraient pour une meilleure consommation. Apprendre à savoir d’où vient le produit, se renseigner sur ses conditions de production, savoir à qui la vente de se produit profite sont des moyens qui aujourd’hui permettent de s’opposer à un système qui repose sur une consommation frénétique de produit dont on ne connaît plus rien, si ce n’est son utilité. Prendre en considération toutes ces informations pourrait permettre à l’économie française de décoller.

En effet, si le principal facteur d’achat n’était plus l’aspect monétaire mais plutôt l’aspect social, local, et environnemental ; la France qui connaît une certaine avance sur ces sujets là à l’international, verrait sa compétitivité augmenter exponentiellement.

Quel impact environnemental ?

Pour finir, il est indéniable qu’en plus des effets positifs que pourrait avoir le Made in France sur l’aspect économie et sociétal, il pourrait aussi avoir un fort impact environnemental.

Effectivement, si notre consommation était majoritairement portée sur des produits issus de productions françaises, notre impact environnemental diminuerait fortement. Au lieu de parcourir plusieurs milliers de kilomètres avant de finir dans nos assiettes, sur nos épaules ou ailleurs, ces produits ne mettraient plus que quelques centaines de kilomètres au maximum pour nous parvenir.

Ensuite, cela permettrait de rendre plus vrais les données sur les émissions de gaz à effet de serre (GES) française. Actuellement, aucune des données liées aux GES des importations n’est comptabilisée, alors que celles-ci représentent aujourd’hui plus d’un tiers de la consommation globale française[10].

Enfin, le fait de relocaliser nos industries en France, nous permettrait d’avoir un meilleur contrôle sur la production et sur les normes en vigueur. Il serait bien plus facile d’aligner nos méthodes de production à nos attentes et nos habitudes de consommation et surtout à notre culture. On observe de plus en plus aujourd’hui des écarts entre les cultures et les différentes manières de produire. Les normes internationales ne sont pas alignées, et comme nous l’a montré l’affaire du Glyphosate, il est difficile d’imposer au niveau international des normes qui fassent consensus.

En conclusion, on observe en France une appétence de plus en plus prononcée pour les produits Made in France. Selon un sondage IFOP, 94 % des français considèrent qu’acheter Made in France est une façon de soutenir les entreprises françaises, 93 % disent qu’il s’agit de préserver l’emploi et les savoirs faire et 86 % adhèrent à l’idée que c’est un acte citoyen[11]. Cependant la consommation de produits Made in France n’a jamais été aussi basse depuis la fin des années 1950, 86,9 % de la consommation globale en 1949 contre 68,5 % en 2017[12].

Un dernier fait intéressant est montré par Sylvain Broyer, économiste chez Natixis, qui explique que depuis vingt ans, à chaque fois que la consommation française croît de 1 %, les importations elles croissent de 1,8 %. Par comparaison, en Allemagne, ce même taux s’élève à 0,8 %[13]. Il en conclue donc qu’en France la consommation crée du déficit commercial ce qui ne peut être considéré comme normal.

Cela montre bien l’inefficacité de notre économie à mettre en relation des besoins avec des solutions locales, et c’est particulièrement ce point pour lequel il est important de se battre, et c’est ce que décide de faire au quotidien le Rêve du Dogon car pour le moment notre rêve du Made in France n’est pas atteint.

 

Rafael FERRER

 

[1] ConsoGlobe, Pourquoi le Made In France a le vent en poupe, paru le 17/10/2017, https://www.consoglobe.com/made-in-france-cg, consulté le 29/10/2017

[2]Le Monde, Il faut réenraciner l’économie dans nos territoires, paru le 11/01/2017 http://abonnes.lemonde.fr/idees/article/2017/01/11/il-faut-reenraciner-l-economie-dans-nos-territoires_5060938_3232.html?xtmc=made_in_france&xtcr=18, consulté le 29/10/2017

[3] Le Monde, L’usine Made In France cherche son second souffle, paru le 20/03/2017, http://www.lemonde.fr/economie/article/2017/03/20/l-usine-made-in-france-cherche-son-second-souffle_5097502_3234.html#Xrjbqxpl8LqXRbMS.99, consulté le 29/10/2017

[4] Idem

[5] Le Monde, « Made in France » : l’espoir après la débâcle, paru le 08/11/2017, http://abonnes.lemonde.fr/economie/article/2017/11/08/made-in-france-l-espoir-apres-la-debacle_5211931_3234.html , consulté le 09/11/2017

[6] CRÉDOC, L’attachement des français au Made in France, paru en novembre 2014, http://www.credoc.fr/pdf/Rapp/R315.pdf, consulté le 29/11/2017

[7] Le Monde, « Made in France » : l’espoir après la débâcle, paru le 08/11/2017, http://abonnes.lemonde.fr/economie/article/2017/11/08/made-in-france-l-espoir-apres-la-debacle_5211931_3234.html , consulté le 09/11/2017

[8] Le Monde, Il faut réenraciner l’économie dans nos territoires, paru le 11/01/2017 http://abonnes.lemonde.fr/idees/article/2017/01/11/il-faut-reenraciner-l-economie-dans-nos-territoires_5060938_3232.html?xtmc=made_in_france&xtcr=18, consulté le 29/10/2017

[9] Fédération Indépendante du Made in France, Quel impact sur l’emploi pour le Made in France ?, paru en novembre 2015, http://www.fimif.net/fimif/docs/Etude-Impact-Emplois.pdf , consulté le 29/11/2017

[10] Le Monde, Il faut réenraciner l’économie dans nos territoires, paru le 11/01/2017 http://abonnes.lemonde.fr/idees/article/2017/01/11/il-faut-reenraciner-l-economie-dans-nos-territoires_5060938_3232.html?xtmc=made_in_france&xtcr=18, consulté le 29/10/2017

[11] Le Monde, Acheter Made in France : Quel impact sur l’emploi ?, paru le 22/11/2016, http://abonnes.lemonde.fr/emploi/article/2016/11/22/acheter-made-in-france-quel-impact-sur-l-emploi_5035918_1698637.html#ef29K3FTIDfFw5KS.99 , consulté le 29/09/2017

[12] Le Monde, « Made in France » : l’espoir après la débâcle, paru le 08/11/2017, http://abonnes.lemonde.fr/economie/article/2017/11/08/made-in-france-l-espoir-apres-la-debacle_5211931_3234.html , consulté le 09/11/2017

[13] Le Monde, Défaite du « made in France » : un produit acheté sur trois vient de l’étranger, paru le 09/08/2017, http://abonnes.lemonde.fr/economie/article/2017/08/09/defaite-du-made-in-france-un-produit-achete-sur-trois-vient-de-l-etranger_5170523_3234.html#Jg7qPyI0pOjh1dsr.99 , consulté le 29/09/2017
 

shutterstock-161976290-429233_371x268

Les produits dérivés des musées

Une enquête de la FIMIF (Fédération Indépendante du Made in France) de juin 2016 s’est intéressée  aux produits dérivés et cadeaux vendus dans les boutiques des musées et plus précisément à leur provenance. Cette enquête menée entre mars et mai 2016 et publiée en juin s’est penchée sur 13 musées parmi lesquels le Louvre, Pompidou, la Tour Eiffel, Orsay ou encore le Quai Branly.

Très instructive concernant l’implication des musées français et de leurs boutiques officielles en matière de Made in France, nous pouvions nous attendre à ce que ces étendards du tourisme apportent une attention toute particulière aux produits vendus et pourtant il n’en est rien.

Le résultat de l’étude est sans appel, seulement 30% de l’offre proposées est de fabrication française avec par exemple aucun T-shirt de fabrication française trouvé dans les boutiques analysées.

L’enquête de la FIMIF distingue deux catégories d’articles ; ceux dits « hauts de gamme » et pour lesquels une large majorité est d’origine française et ceux « à bas coûts » majoritaire en volume et tous fabriqués à l’étranger, principalement en Asie.

Cette enquête nous apprend aussi qu’au niveau de la transparence pratiquement 4 produits sur 10 ne disposent d’aucune information concernant leur origine et que des pratiques visant à masquer les origines des produits ou à induire le consommateur en erreur ont été constatées dans différentes boutiques.

Par exemple ces étiquettes « maison » sur des produits du Château de Versailles qui ne mentionne nullement la provenance et sont collées de manières à cachet la mention d’origine.

etiquette

On encore ces produits sur lesquels sont apposés un drapeau tricolore ou avec un nom de marque à consonance française ou contenant le nom « Paris » afin de laisser penser qu’il s’agit de production Made in France alors qu’il n’en est rien.

étiquette 2

Pour autant les consommateurs sont demandeurs de produits Made in France selon une enquête menée par la Réunion des Musées Nationaux – Grand Palais (RNM-GP) qui est concessionnaire de plus d’une quarantaine de boutiques de musées sur le territoire national.

Nous pouvons donc nous demander ce qui bloque encore aujourd’hui sachant que les délais de livraison et la réactivité sont des éléments décisionnaires, de véritables avantages par rapport aux délais de transport, généralement trois mois pour faire venir un container d’Asie. De même, les boutiques des musées étant principalement gérées par deux grands opérateurs ils leur seraient possibles de réaliser des économies d’échelles en commandant de plus grandes quantités permettant de baisser le coût des produits Made in France.

Au Rêve du Dogon, nous travaillons au quotidien pour la défense du Made in France et pour proposer des produits de fabrication française à nos clients. Encore faut-il que ces derniers acceptent d’écouter les attentes des consommateurs et de mesurer les bienfaits de distribuer des produits de conception française.

Pour voir une sélection de nos produits Made in France, c’est par ici.

Pour en savoir plus et consulter l’intégralité de l’enquête, c’est par là.

lygo

Des objets publicitaires Made In Africa, c’est possible

LE REVE DU DOGON développe un partenariat avec une entreprise française spécialisée dans l’objet publicitaire équitable. Le principe est simple : trouver des commandes en Europe et en France dans l’objet textile, la couture ou le recyclage. Les produits sont fabriqués en Afrique, au Sénégal, dans la banlieue de Dakar, dans 3 ateliers qui emploient des personnes handicapées, des femmes illettrées qui viennent de la rue et des jeunes en situation d’exclusion.

L’objectif est de faire du développement commercial autrement, sans s’appuyer sur l’humanitaire, en faisant du « business social » aime souligner la créatrice Nolwenn Buvat.

Bref, comme le dit fort bien une jeune femme issue de la rue : «  je me rends compte que j’ai de la valeur quand je travaille ».

Cette entreprise porte toutes les valeurs du REVE DU DOGON et également celle de BCORP. On vous informera prochainement d’un partenariat efficace avec Lygo pour que tous nos clients puissent proposer des objets conformes aux normes RSE, Made in Africa.

Pour en savoir plus : http://www.lygo.fr/

lygo

2016-03-18 12.50.55

Actualité artistique, en avant toute, direction la Géorgie

LE REVE DU DOGON fidèle à ses engagements artistiques et humanitaires, soutient Molécule G qui s’est produit le 19 mars dernier dans la capitale Géorgienne, à Tbilissi dans le cadre de la semaine de la francophonie

Un grand moment pour Gérard Verran qui se définit comme le créateur d’ambiances de voyages atmosphériques, qui s’intéresse à la musique concrète et contemporaine et à travers le monde. C’est l’occasion d’associer à la musique électronique française des instruments de musiques locaux ancestraux et des danseurs. Soutenu par l’Institut français et l’Ambassade de France, ce travail avec des artistes locaux a été présenté à l’occasion d’un spectacle unique à Tbilissi.

Pour LE REVE DU DOGON, c’est l’occasion de joindre à l’agréable l’utile, de se faire ambassadeur du Made in France.

2016-03-18 11.28.56

12548917_10206811599802004_744824613779525340_n

Et le gagnant est…

Nous sommes fiers de vous annoncer que pour la deuxième année consécutive, le Rêve du Dogon a remporté le prix du distributeur de l’année.

logoPOP_HD 2015-rvb

Ce prix décerné par la Fédération des professionnels de la communication par l’objet vient récompenser pour la deuxième année consécutive les efforts que nous mettons en œuvre au quotidien.

grover

Grover, le stylo recyclé 2 en 1

Grover est un stylet et un stylo. Avec lui vous pourrez écrire et cliquer sans modération aucune.

Ce stylet/stylo est composé de papier recyclé naturel et de plastique recyclé et a obtenu la note A2 au classement ETIKEKO (pour en savoir plus sur ETIKEKO). Pratique et design, il est disponible en 4 couleurs : rouge, vert, bleu ou noir.

D’une longueur de 13 cm il est le stylo idéal pour vos cadeaux d’entreprises ou pour vos salariés. En effet, en plus d’être esthétique, pratique et respectueux de l’environnement, ce stylo est proposé à un tarif très avantageux puisqu’il est disponible à partir de 0.87 centimes d’euros HT / hors marquage.

Comme quoi s’équiper avec des produits recyclés ne coûte pas forcément très cher.

stylet-stylo-2-en-1-en-papier-recycle-grover

Son embout stylet vous permettra de naviguer sur votre smartphone ou tablette sans avoir besoin d’enlever vos gants (ce qui peut s’avérer assez confortable en ces périodes de froid).
Son corps en papier recyclé naturel vous offrira une tenue de stylo et un touché agréable pour une utilisation au quotidien.

C’est sur cette partie en papier recyclé que nous vous proposons d’apposer la communication de votre entreprise. En effet, ce stylo dispose d’une surface de marquage de 60 mm sur 8 mm vous permettant d’insérer votre message ou le logo de votre société au creux de la main de vos clients ou salariés.

S’il était encore besoin d’un argument au-delà des matériaux, du prix, du design et de l’utilité, pour vous présenter l’intérêt de ce produit, en voici un : il ne pèse que 8 grammes ce qui rajoute au confort d’utilisation et permet de le tenir toute la journée, sans jamais se fatiguer….

Alors n’attendez plus pour demander un devis et commander.

RD53038OFG copie

Le T Shirt Made in France

Le made in France s’affiche de plus en plus fièrement comme un acte citoyen. Fiers de valoriser le savoir-faire français, signe de qualité, le Made in France est avant tout une démarche de consommation à laquelle vos clients sont de plus en plus sensibles.

Permettant à votre entreprise de mettre en avant ses valeurs et son implication dans l’économie, le label Origine France Garantie est aussi un gage de qualité auquel nous vous proposons d’associer l’image de votre société.

C’est la raison pour laquelle nous avons fait le choix de vous présenter des T-Shirts et débardeurs Made in France. 100% coton et très confortable afin que vous puissiez par le biais de vos cadeaux d’entreprises ou produits dérivés mettre en avant votre engagement et en faire un atout pour votre communication.

Disponibles en divers coloris et tailles ces T-Shirts et débardeurs en séduiront plus d’un et grâce à leur qualité de fabrication et demeureront longtemps auprès de ceux l’ayant reçu en cadeau.

RD530372OFG copie

Que vous soyez plus débardeur, T Shirt femme, col rond ou V nous avons le produit Made in France qui correspond pour vos cadeaux d’affaires ou votre événement. Ces vêtements disposent d’une large surface de marquage que vous pouvez adapter à la communication de votre entreprise en choisissant une ou plusieurs zones et en y apposant votre logo ou le slogan de votre société par exemple.

RD23158OFG copie

Disponible à partir de 9 € HT / hors marquage vous n’aurez plus d’excuse pour offrir à vos clients un véritable T Shirt certifié Made in France

N’hésitez pas à consulter la gamme des T-Shirts Made in France et à faire une demande de devis