leurs-produits-derives-pas-toujours-made-france

Les partis politiques et les produits dérivés

Vous en avez sûrement entendu parler cet été, avec la publication de l’enquête sur l’origine des produits dérivés des partis politiques menée par la Fédération Indépendante du Made In France (FIMIF), les partis politiques français ne sont pas forcément les plus engagés pour défendre le Made in France lorsqu’il s’agit de leurs produits dérivés.

Petit retour sur cette enquête très instructive menée par la FIMIF auprès de 8 partis politiques et de la boutique de l’Assemblée Nationale. En résumé, il y a encore pas mal de travail !  Les partis politiques, souvent par manque d’intérêt se sont parfois abstenus de répondre ou pire, ont répondu à côté de la réalité.

Ainsi, fiers d’arborer les couleurs du Made in France comme un combat, certains partis semblent l’ignorer dans leur pratique quotidienne.

En effet, il ressort de cette enquête que la plupart des partis politiques interrogés ne font pas fabriquer leurs produits dérivés en France ou ne connaissent pas leurs origines, laissant imaginer que cette question ne les préoccupe pas énormément. Pourtant au Rêve du Dogon nous abordons cette question avec les différents partis politiques et syndicats avec lesquels nous travaillons depuis des années.

 

4961545_t-shirts_545x460_autocrop

En rentrant un peu plus dans le détail nous pouvons constater qu’aucun des partis interrogés ne fait fabriquer l’intégralité de ses Tee-Shirts en France. Certes le PS déclare dans cette enquête avoir recours à certains Tee-shirts fabriqués en France mais le reste de ceux utilisés provient du Bangladesh, du Vietnam, du Kenya ou encore du Portugal. Concernant le PRG, l’UDI ou encore Les Républicains, l’intégralité des Tee-shirts recensés au moment de l’enquête provenaient du Bangladesh d’après leurs déclarations.

L’enquête affirme qu’il n’est pas difficile de se procurer des Tee-Shirts Made in France. La réalité n’est pas si simple : délais d’approvisionnement, coûts, réseaux de distribution, quantités disponibles posent souvent problème et ce sont les raisons pour lesquelles il nous est arrivé de proposer des Tee-Shirts européens pour répondre aux demandes de partis politiques.

Pour autant, les raisons avancées par les partis politiques pour expliquer leurs lointains approvisionnements peuvent laisser perplexes les professionnels que nous sommes.

Parmi elles :

 

-Le fait que leur boutique ne soit pas stratégique et le recours aux prestataires extérieurs pour leurs approvisionnements.

cest faux

Connaissant les efforts réalisés pour ces éléments de propagande politique nous ne pouvons croire une seconde que cela ne soit pas stratégique. Car les Tee-Shirts, badges, arborés par les militants lors des meetings et des « porte-à-porte » sont une part importante de la communication des partis politiques, notamment en période de campagne électorale où ils sont toujours dans le champ des caméras. D’ailleurs les budgets consacrés ne laissent aucun doute sur l’importance des goodies et autres objets de communication pour les différents partis.

De même le recours à des prestataires extérieurs n’est en rien une excuse, puisque justement ces prestataires extérieurs sont à même de les conseiller et de leur proposer des produits dont l’origine et les conditions de fabrication sont connues et affichées. Nous rencontrons souvent cette situation et suggérons des productions de proximité lorsque cela est possible. De même, il nous est arrivé à différentes reprises d’alerter nos clients sur l’erreur de ne pas privilégier le Made in France.

 

« Les garanties de traçabilité des produits sont très difficiles à obtenir… »

cest faux

Depuis plusieurs années, en plus de pouvoir garantir le lieu de fabrication des produits, nous pouvons garantir les conditions de fabrication, les matériaux utilisés, le niveau de RSE des fournisseurs avec lesquels nous travaillons. C’est une exigence de notre engagement pour un développement durable.

C’est ainsi que nous avons pu, lors de campagne présidentielle de 2012, réaliser pour l’un des partis cité dans l’enquête, des articles exclusivement fabriqués en France ou en Europe, conformément aux souhaits de notre client.

Nous nous efforçons de sensibiliser nos clients, non seulement au Made in France, mais plus largement au Développement Durable, nous le faisons avec conviction, car nous pensons qu’il est de la responsabilité de chacun de prendre en considération ces préoccupations et de les appliquer dans ses actes quotidiens.

 

« Presque tous les partis ont une forte marge de progression «

vrai

 

 

Si certaines réponses de l’enquête ne sont pas dans les faits le reflet de la réalité, si elles sont surprenantes, voire inquiétantes, elles ont le mérite de pointer la méconnaissance de certains « responsables » politiques, sur les enjeux de la société, le décalage entre leurs actes et leurs discours, l’ignorance de l’histoire récente de leur parti.

On peut donc facilement espérer que le travail de La FIMIF accélère la réflexion et une évolution des partis sur leur politique d’achats responsables.

A suivre.

 

 

Pour aller plus loin :

Consulter l’enquête de la FIMIF – Enquête Origine des produits des partis politiques

Prochainement l’article avec nos réponses à l’enquête.

plastique-5

Le polypropylène recyclé

Le polypropylène fait partie de la famille des thermoplastiques : ces plastiques sont formables à chaud sans modification chimique et sont facilement recyclables. On retrouve aussi dans cette famille le polyéthylène, le PVC et le polystyrène.

Depuis sa découverte par Ziegler en 1957, le processus de fabrication n’a cessé d’être amélioré notamment par l’utilisation de nouvelles techniques de catalyse dans la polymérisation (procédé permettant d’atteindre plus vite la température de réaction sans apporter d’énergie supplémentaire).

Cela a permis d’éviter l’utilisation de solvants autre que le monomère propylène qui n’étaient pas recyclables, et dont l’utilisation dans le processus entraînait l’apparition de sous-produits qu’il fallait exclure et qui rendait donc la fabrication coûteuse.

On utilise le polypropylène dans divers domaines, par exemple pour la fabrication de pièces automobiles, de contenants alimentaires, de films d’emballages, de cordes, d’adhésifs et colles, de fibres textiles (tapis), de pièces pour équipements ménagers, de jouets, de composants électriques et électroniques, de tuyaux etc…

Un petit point sur son utilisation : En 2012, dans le monde, 53,9 millions de tonnes ont été utilisés

Cette consommation a représenté 25 % de la consommation totale de matières plastiques, celle-ci s’élevant à 211 millions de tonnes en 2012.

Les principaux secteurs d’utilisation sont les suivant, en % de la consommation totale.

Emballages 50 % Electricité, électronique 6 %
Fibres 12 % Transport 6 %
Biens de consommation 12 % Construction 6 %

(2012, Source : Société chimique de France)

Le polypropylène recyclé s’obtient en récupérant des matières premières en polypropylène, ces dernières sont ensuite transformées sous forme de granules qui serviront de base pour la conception des nouveaux produits en polypropylène recyclé.

Logo ruban de Mobius pour le plastique recyclable (ici le polypropylène)Un petit logo vous permet de reconnaître les plastiques recyclables, il s’agit du ruban de Möbius en forme de triangle avec un chiffre à l’intérieur indiquant le type du plastique. Pour le polypropylène, aussi abrégé PP, on trouve ce logo avec le chiffre 5.

Au Rêve du Dogon nous vous proposons régulièrement des produits en polypropylène recyclé et autres produits éco conçus. N’hésitez pas à consulter nos catalogues ou à nous contacter pour trouver le cadeau d’affaire ou l’objet qui vous correspond

photos-articleDD

Le développement durable et la communication par l’objet

97 % des français ont une perception positive des cadeaux publicitaires. C’est un outil « palpable » largement utilisé par les marques dans un monde de plus en plus digital. La communication par l’objet diffuse en France pour un montant de 1,372** milliard d’Euros d’objets fabriqués principalement en Asie. La communication par l’objet ne devrait-elle pas être le fer de lance du développement durable pour les marques ?

Dans un contexte où les échanges entre les marques et les clients se digitalisent, que les médias traditionnels, comme la télévision, restent stables ou sont en perte de vitesse comme pour la presse écrite (cf. pour plus de détails, l’étude de l’IREP sur les « Résultats annuels du Marché Publicitaire Français 2014 »), il est intéressant de noter que la communication par l’objet conserve tout son attrait pour les français. C’est également un support physique très attractif pour les marques qui souhaitent compléter la communication digitale et se glisser dans les sacs de leurs clients, habiller leurs clients avec des tee-shirts ou des casquettes, et les accompagner en weekend ou en vacances via des sacs de voyage personnalisés avec logo et/ou base-line.

Qu’est-ce que le marché de la communication par l’objet ?

La 2FPCO, la Fédération Française des Professionnels de la Communication par l’objet (http://www.2fpco.com/) a réalisé en juin 2011 et mars 2013 deux études pour mesurer l’impact de la communication par l’objet. Il en ressort quelques résultats intéressants.

S’il existe un écart entre les objets distribués par les marques et ceux attendus par les clients, il n’en reste pas moins que :

  1. 81% des personnes interrogées connaissent la marque apposée sur l’objet ;

  2. 97 % des français ont une perception positive des cadeaux publicitaires ;

  3. 79 % aimeraient en recevoir plus.

Les différences entre les objets reçus et souhaités

Les objets publicitaires ont une durée de vie très longue dans un monde instantané

L’objet publicitaire reste le compagnon du client pendant plusieurs mois, 8 mois au minimum pour un stylo, voire plusieurs années pour des articles de bagagerie ou textile.

C’est donc un investissement pérenne et utile quand il est bien choisi par la marque. Dans ce contexte, prendre en compte le développement durable et le faire savoir doivent devenir un objectif à part entière pour les marques. Ces objets associés à une histoire permettent de véhiculer l’ADN de la marque et de s’inscrire dans un projet global qui préoccupe les français (http://www.encyclo-ecolo.com/Fran%C3%A7ais_et_le_d%C3%A9veloppement_durable )

duree

Comment associer Développement Durable et Communication par l’objet ?

Il serait donc intéressant d’associer à ces objets appréciés par les clients une dimension supplémentaire en s’assurant qu’ils répondent aux règles du développement durable telles qu’elles ont été définies par la 2FPCO avec l’AFNOR* basées sur l’outil ACESIA. Cet outil ACESIA (https://www.acesia2.fr/ ) permet à l’acheteur de s’inscrire dans une démarche d’achat responsable.

Un secteur qui a construit des normes spécifiques

Aujourd’hui, il existe de multiples normes et certifications pour des objets fabriqués le plus souvent en Asie. Tous les outils sont disponibles pour contrôler et certifier les intervenants dans le monde entier, de l’extraction des minerais ou des composants (cuivre, zinc…), à la culture (coton, bambou…) en passant par la fabrication (contrôle des usines) et de la fin de vie des produits (recyclage, compostage, etc.)

Ce marché n’est pas négligeable car il emploie plus de 13 000 personnes en France et représente 1,372** milliards sur les 31 milliards** dépensés par les marques pour communiquer.

Les 5 règles qu’un acheteur doit appliquer pour s’inscrire dans une démarche Développement Durable

La 2FPCO qui a édité conjointement avec l’AFNOR/ACESIA le guide « La 2FPCO et la communication responsable » a établi 5 règles que les acheteurs devraient systématiquement appliquer pour s’inscrire dans une démarche développement durable sans avoir pour autant à connaître toutes les procédures et les certifications disponibles. Ces règles sont les suivantes :

  1. Evaluer le prestataire professionnel de la communication et s’assurer qu’il s’est engagé à proposer à ses clients des objets fabriqués selon les règles du développement durable en étant lui-même certifié.

  2. Décrire le besoin avec précision pour que l’objet diffusé soit utile et donc pérenne.

  3. Inscrire l’objet publicitaire dans la démarche RSE de l’entreprise notamment pour intégrer les contraintes inhérentes à l’objet : délai de fabrication, de test, de transport, de marquage

  4. Vérifier la conformité aux normes en demandant aux prestataires des preuves (certification, etc.)

  5. Considérer le coût de la qualité en modifiant les cahiers des charges pour intégrer une nouvelle approche basée sur le mieux-disant et pas le moins-disant.

Pour conclure, les objets publicitaires, de part leur longévité et l’attraction générée auprès des clients, devraient devenir le fer de lance de la « stratégie développement durable » d’une marque, d’une association, d’une collectivité, etc. C’est un outil accessible et concret pour respecter les préoccupations des Français et garantir qu’un objet généralement festif car associé à la fidélité, à un remerciement ou à un événement, soit également une source de plaisir et de bonheur pour ceux qui l’ont fabriqué.

* http://www.afnor.org/liste-des-actualites/actualites/2014/mars-2014/objets-publicitaires-et-developpement-durable-afnor-solutions-achats-publie-un-guide-pour-les-professionnels

** Sources : Etude IREP/France PUB 2012 – Etude PLIMSOLL 2012 Chiffres fournis par 656 Editions

programme_etikeko

Etikeko

Le programme ETIKEKO valorise les efforts développement durable réalisés sur les produits et dans les usines de fabrication de ces mêmes produits.

Ce programme se base sur plusieurs critères pour appliquer une note aux produits. Ces notes présentes régulièrement sur nos focus produits sont attribuées de la façon suivante

La note se compose de deux parties, une lettre qui s’attache à l’impact environnemental du produit (de A à E) et un chiffre de 1 à 3 qui s’attache aux aspects économique et social de l’usine de fabrication.

Commençons par les usines.

Chaque usine référencée adhère à un cahier des charges qui engage sa responsabilité sur les points suivants :

  • Un environnement professionnel sécurisé
  • Une durée de travail raisonnable
  • Des salaires équitables
  • Une lutte contre le travail forcé
  • l’Interdiction du travail pour les enfants.

Les notes des usines vont de 1 à 3

  • La note 1 est attribuée aux usines qui adhèrent au cahier des charges et ont été auditées par un organisme extérieur. Elles peuvent aussi être titulaires d’une certification de responsabilité sociétale qui défend des conditions de travail décentes (SA8000)
  • La note 2 est attribuée aux usines auditées par le service qualité de notre grossiste. Bien entendu ces usines adhèrent au cahier des charges et peuvent être titulaires de différentes certifications attestant de leur capacité d’organisation et de la fiabilité de leurs réponses (ISO9000, OSAS180001, ISO14001 ou équivalent)
  • Enfin la note 3 concerne les usines qui adhérent au cahier des charges mais n’ont pas été auditées.

Concernant les produits, les notes vont de A à E et prennent en compte différents aspects :

  • La conception du produit qui représente 38% de la note (utilisation de matières premières issues de l’agriculture biologique…
  • Le conditionnement qui représente 23% de la note (pas de conditionnement unitaire ou conditionnement en carton et papier recyclés)
  • La communication pédagogique qui représente 23% de la note (présentation des matières ou énergie utilisée jointe au produit)
  • La durabilité et fréquence d’utilisation qui représente 8% de la note (solidité de l’article, usage premier)
  • La fin de vie du produit qui représente 8% (matière biodégradable ou recyclable…). Ce critère représente une faible part dans la notation car même si le produit est biodégradable, il n’est pas certain de faire l’objet d’un tri sélectif ou d’un compostage.programme_etikeko

Les produits qui ont la note A respectent le programme ETIKEKO à plus de 80%. Pour la lettre B, c’est à plus de 60%, pour la lettre C plus de 40% et plus de 20% pour le lettre D. Les produits classés en E sont à moins de 20% mais peuvent avoisiner le 0%.

Au Rêve du Dogon ces préoccupations sont pour nous essentielles et c’est la raison pour laquelle vous voyez lors de présentations de produits des notes ETIKEKO ou des informations sur la provenance des produits que nous vous proposons. Bien entendu sur chaque produit nous pouvons vous fournir des informations complémentaires sur leurs conditions de fabrication et les matériaux utilisés sur simple demande, alors n’hésitez pas, sollicitez nous

 

Marche pub 2014

Le marché publicitaire Français en 2014

L’étude IREP – FRANCE PUB 2014 sur le marché publicitaire pose la question de son évolution. Ce marché qui s’élève à 13 milliards d’euros est en baisse de 2,5% sur l’année.

A y regarder plus précisément, le marché publicitaire classique (presse, annuaires, courrier, cinéma est en baisse mais le secteur Internet (display, search, mobile) continu sa progression pour atteindre 2,5 milliards d’€ en 2014.

Cette étude, qui ne prend en compte l’objet publicitaire qu’une année sur deux (1,4 milliard en 2013), nous confirme que les stratégies des annonceurs ont évoluées en privilégiant les dépenses au niveau de l’événementiel, des foires et des salons ainsi que les RP.

La tendance actuelle est donc bien à la personnalisation et au ciblage de la communication.

Comme le relevait déjà l’étude Ginger/2FPCo 2013, l’objet publicitaire est un support de communication très apprécié par les français, 79% des personnes interrogés déclarent souhaiter en recevoir d’avantages et  99% annoncent conserver pour eux-mêmes ou une tierce personne les objets publicitaires reçus.

La communication par l’objet est le vecteur idéal pour les campagnes de proximité, à condition que celle-ci soit utile, de qualité, en phase avec l’évolution des modes, des besoins des utilisateurs, et adaptée au public visé.

La montée en puissance des objets connectés dans les catalogues d’objets publicitaires (bracelets, perches à Selfie, enceintes Bluetooth…) illustrent cette évolution.

Mais attention, si l’offre est grande, il est parfois difficile de s’y retrouver.

Faites appel à un professionnel, vous ne le regretterez pas.

 

La tampographie

Qu’est ce que la tampographie?

La tampographie est un procédé de marquage qui permet de marquer d’une ou plusieurs couleurs un objet par l’intermédiaire d’un tampon, qu’il soit lisse ou pas. C’est une technique qui a l’avantage de pouvoir être utilisée sur un grand nombre de surfaces et matériaux de formes concaves ou convexes.

Les premières références à l’utilisation de la tampographie datent du 17ème siècle lorsque le système a été utilisé en Angleterre pour décorer les assiettes en céramique.

La même procédure a été utilisée en Suisse au 18e siècle pour décorer les cadrans de montres. Le système est resté limité à ces deux secteurs jusqu’au années 1960 et n’a pas subi de changements significatifs jusqu’à l’avènement du caoutchouc de silicone.

Les designs de plus en plus complexes et très colorés des années 80 ont donné un nouvel élan à la tampographie grâce à sa simplicité et sa haute qualité.

Elle est devenue rapidement la technique la plus largement adoptée dans l’industrie du plastique et s’impose comme la nouvelle technique d’impression d’abord en Allemagne, puis dans le reste de l’Europe.

Comment ça marche?

La tampographie est un procédé de prise d’encre contenue dans le creux d’un cliché gravé, obtenu par photogravure chimique sur un objet au moyen d’un tampon transfert en caoutchouc silicone.

Le tampon en silicone a pour fonction de « prendre » l’image gravée sur le cliché plat pour la déposer sur la surface du support à imprimer, qu’il soit plat, cylindrique, sphérique, avec des angles, texturé, convexe ou concave. Le tampon sera adapté à la surface a imprimer.

marquage-tampographie-publicitaire

Ses avantages

Offrant un très bon rapport qualité/prix, elle est conseillée pour marquer des petits objets publicitaires tels que les stylos, les porte-clés, clés USB ou les briquets, ainsi que des objets publicitaires de taille plus importante.

Grâce au séchage rapide des couleurs, l’impression au tampon permet d’imprimer autant de couleurs nécessaires les unes après les autres. La tampographie est notamment très utilisée pour le marquage rapide de petites et grandes quantités.

Au Rêve du Dogon nous utilisons fréquemment cette technique de marquage pour marquer vos objets comme par exemple pour cette balance à valise très pratique avant les vacances et disponible à partir de 3,66€ HT hors marquage

index

couv cat2015

Il est là… allez vous le trouver ?

Vous l’attendiez ?

Il est arrivé, le catalogue 2015 du Rêve du Dogon est disponible. Avec une splendide couverture extraite d’une toile réalisée par l’artiste Elis A Ware que nous soutenons et dont nous sommes fiers de vous présenter la réalisation.

290 pages de découvertes et d’opportunités ; du sac de sport vert 100% PET recyclé aux serviettes de toilettes 100% coton biologique ou encore à l’enceinte de douche lumineuse, bluetooth et waterproof ; le produit qui vous correspond se trouve au sein de ce catalogue.

Parmi les nombreuses découvertes que vous pourrez faire en feuilletant ce catalogue, une vous surprendra peut-être. En effet, un sexe masculin s’est subrepticement glissé au sein de ce catalogue.

Si vous le trouvez, envoyez nous votre réponse et nous nous ferons un plaisir de vous envoyer un catalogue dédicacé à l’adresse de votre choix.

Vous pouvez consulter notre catalogue en ligne  ici

RDDG Bewear ecoconcu

 

2fpcopops

La nuit des POP’s

Les POP’s, c’est les Prix de l’Objet Publicitaire.

Ces récompenses décernées par la Fédération des Professionnels de la Communication par l’Objet – 2FPCO dont le Rêve du Dogon est partie prenante seront remises lors de la « Nuit des POP’s » qui se tiendra le mardi 3 février à partir de 20h dans le cadre festif du Docks 40, lieu branché du quartier Confluences de Lyon.

bandeau pops

Cette soirée de Gala qui marquera la première journée du 8eme salon CTCO (Communiquez Textile, Communiquez Objet) qui se tiendra du 3 au 5 février à Lyon sera l’occasion de décerner différents prix :

Tout d’abord les 4 prix du distributeur de l’année par tranche de chiffre d’affaire pour lesquels votent les fournisseurs et les marqueurs.

Ensuite,

Les prix des spécialistes et généralistes de l’année,

Le prix du marqueur de l’année,

Le prix Innovation et créativité,

pour lesquels votent les distributeurs.

Innovation, relation commerciale, service, proactivité, réactivité,…
ces prix récompensent le professionnalisme des acteurs de l’objet et du textile publicitaires.

Cette soirée organisée par le 2FPCO et sponsorisée par 656 Editions (organisateur du salon CTCO) rassemblera autour d’un apéritif et d’un cocktail dinatoire plus de 300 acteurs de l’objet publicitaire.

 

 

Sérigraphie

La sérigraphie

Made in China et fière de l’être ? Vous ne le saviez peut être pas mais la sérigraphie est une technique ancienne de peinture élaborée par les chinois durant la dynastie Song (960 – 1279).

Cette technique utilise des pochoirs et peut se pratiquer sur différents types de supports.

Il est ainsi possible de réaliser des marquages en sérigraphie sur du papier, des textiles, du métal ou encore du verre ou du bois.

Populaire aux Etats-Unis, la sérigraphie s’est développée sur le continent européen durant la seconde guerre mondiale grâce à la présence des militaires américains. Andy Warhol lui donna ses lettres de noblesse en l’utilisant comme pratique artistique.

 

Comment cela fonctionne-t-il ?

L’écran (composé d’un tissu tendu sur un cadre aluminium) est enduit d’une émulsion photosensible (enduction) qui durcit lorsqu’elle est exposée à un rayonnement ultraviolet (insolation) et bouche le tissu. L’encre ne passe pas.

Un film (aussi appelé typon) est positionné sur l’écran enduit avant l’insolation et permet de bloquer les rayons ultraviolets aux endroits où l’on souhaite que l’encre puisse traverser les mailles du tissu. L’émulsion protégée des ultraviolets ne durcit pas, on l’enlève avec de l’eau.

L’écran ainsi préparé pour le tirage peut être installé sur la machine de sérigraphie. Les racles et contre-racles sont également mises en place et l’encre est déposée sur le tissu de l’écran. Le support à imprimer est introduit dans la machine et maintenu en position durant le processus d’impression.

L’encre est étalée sur l’écran au moyen d’une contre-racle (nappage). Puis l’écran descend sur le support à imprimer jusqu’au niveau de hors-contact. La pression de la racle permet d’appliquer l’encre sur le support au travers des mailles du tissu afin de faire apparaître les motifs.
Après impression, l’écran est relevé, le support enlevé et séché.

serigraphie2

Quels sont ses avantages ?

La sérigraphie permet un rendu unique avec une couleur intense et une forte opacité grâce à l’important dépôt d’encre réalisé, permettant une bonne tenue dans le temps.

Cette technique est utilisable sur de nombreux supports, souples ou rigides, plats ou incurvés. Elle offre un rapport qualité/prix très intéressant.

Pour ces raisons nous pourrons être amenés à vous conseiller un marquage par sérigraphie pour vos objets supports de communication.

 

N’hésitez pas à nous consulter pour obtenir une proposition adaptée à vos besoins.