drapeau

2017 débute et les campagnes électorales aussi.

Les 23 avril et 7 mai prochain nous voterons pour la présidentielle et les 3 et 17 juin pour les législatives.

Fidèle à ses valeurs, le Rêve du Dogon sera vigilant quant aux objets publicitaires utilisés par les différents partis politiques et candidats.

Nos 20 années d’expérience dans le domaine de la communication par l’objet lors d’élections nous permettent d’affirmer qu’il est possible de faire du Made in France, de choisir un produit éco-conçu tout en respectant les obligations de réactivité, de logistique et de coût d’une campagne électorale.

Tout au long de la campagne nous comptons sur vous aussi afin que les candidats affichent clairement la provenance et les méthodes de conception des produits vendus dans leurs boutiques. Pour notre part, nous ne manquerons pas de les interpeller à ce sujet.

Pour commencer cette année, nous avons sélectionné quelques « classiques » 100% made in France dont les candidats feraient bien de s’inspirer.

 

Le badge du Rhône

badge

Ce badge Made in France est disponible en différentes tailles, 45, 56 ou 75 mm.

Sa coque métallique est imprimée en couleur haute qualité. Recouvert d’un film brillant pour le protéger, il résiste à la pluie ce qui peut être pratique. Signe de reconnaissance de la tribu, à porter sur les marchés et au quotidien.

 

 

Le drapeau de Normandiedrapeau

Ce drapeau Made in France est fabriqué en Normandie. Personnalisable, il est disponible en format 40*60 et 60*80. Fabriqué en polyester 70gr, il est livre fixé sur une hampe pvc de 80 ou 100 cm. Fait pour être agité avec conviction lors des meetings, sa robustesse transmettra force et courage à votre candidat.

 

 

Le stylo français

stylo

 

 

Ce stylo 4 couleurs de fabrication française est le basique de toute campagne électorale : bleu, rouge, noir, vert, à chacun sa couleur pour prendre ou donner des informations de campagne ou noter un rendez-vous.

 

 

 

 

Le Tee shirt du Nordtshirt

C’est bien connu, dans le Nord il fait chaud et c’est la raison pour laquelle nous proposons ce très beau Tee shirt 100% coton peigné et disponible dans différentes couleurs et toutes les tailles habituelles. Avec un marquage cœur et dos, il est le compagnon idéal des militants lors des distributions ou des meetings.

 

 

 

Nous pouvons, bien entendu, proposer d’autres produits de campagne qui accompagneront votre candidat sur la route de la victoire, n’hésitez pas à nous consulter.

illu_local_ethicity2016-600x317

Les français et la consommation responsable

Depuis maintenant 10 ans GreenFlex réalise des études afin de mieux comprendre les attentes et sensibilités des français en matière de consommation responsable.

Pour son édition 2016, cette étude nommée Ethicity, réalisée auprès de 4100 individus âgés de 15 à 74 ans, nous livre de nombreux enseignements.

Tout d’abord, plus de la moitié des français (51%) sont dans un logique de « consommer autrement » en faisant le choix d’aller vers des produits éco-labellisé, des produits locaux ou éthiques. Il y a 6 ans, selon la même étude, ils n’étaient que 37%.

Cette tendance est plutôt rassurante et c’est dans cette démarche que nous avons choisi de vous proposer chaque jour plus de produits labellisés, éthiques ou locaux et de vous informer sur l’impact de ces produits sur notre société et l’environnement. D’ailleurs, pour consulter une sélection de nos produits écologiques, c’est par là.

illu2_local_ethicity2016-600x284

Les français sont de plus en plus partie prenante et investis dans les logiques de consommation. En effet pour 76% des français, consommer responsable est un moyen de s’impliquer.  Cette implication va se traduire quotidiennement vers des réseaux de partage, d’occasion, « consommer autrement, c’est ne pas gaspiller, ne pas jeter ».

L’attention des français sur leur bien être ainsi que sur l’environnement augmente. Ainsi, 47% d’entre eux déclarent qu’un produit responsable doit être respectueux de l’environnement. Les produits recyclables, éco conçus et bios sont donc des à prendre en considération lors du choix de vos cadeaux d’affaires et goodies.

75% des français considèrent que le développement durable est une nécessité. Nous ne pouvons que nous féliciter de cette préoccupation massive pour le développement durable. Pour autant trop peu d’acheteurs et d’entreprises la prennent, aujourd’hui encore, en considération. Il nous reste donc encore beaucoup de pédagogie à faire à ce sujet.

Un besoin d’information

55% des français recherchent l’origine des matières premières et 53% le lieu de fabrication. Aujourd’hui les consommateurs sont majoritaires à solliciter l’information sur la provenance des produits qu’ils utilisent.

provenance

Au delà d’informer sur la provenance de nos produit,s nous développons au quotidien notre offre locale et Made in France afin de vous proposer les produits dérivés les plus adaptés à l’attente de vos clients et prospects. D’ailleurs pour consulter une sélection de nos produits Made in France, c’est par là.

 

Enfin, seulement 16% des français considèrent aujourd’hui que les entreprises leur donnent assez d’information sur les conditions de fabrication des produits.

Ce dernier point est essentiel et nous sommes à même de vous proposer une traçabilité totale des produits que nous vendons afin que nous puissions ensemble en faire un appui de votre communication. Pour cela et découvrir l’ensemble de nos produits, n’hésitez pas à nous contacter

 

Plus d’informations sur cette étude sur le site de GreenFlex

b corp

BCORP, la communauté se construit et s’affirme

LE REVE DU DOGON a intégré la communauté BCORP dès son arrivée en France pour promouvoir un principe simple et réaliste : « Les entreprises BCORP ne sont pas les meilleures du monde mais les meilleures pour le monde. »

Parmi les sujets d’actualité chez BCORP, intéressons-nous au microDON. BCORP réfléchit à la mise en place d’une plateforme dédiée aux entreprises BCORP hébergée sur la plateforme microDON pour une offre d’arrondi sur les salaires. Ce n’est qu’un projet que LE REVE DU DOGON colporte.

C’est avant tout l’occasion de communiquer sur l’entreprise microDON qui a développé une solution extrêmement simple pour que l’arrondi d’un paiement, un achat ou un salaire, soit transmis à une association partenaire du commerce ou de l’entreprise. LE REVE DU DOGON aime et donc le partage.

Pour en savoir plus, vous pouvez contacter Clémentine BURESI http://bit.ly/1RsWtlx ou vous connecter sur le site http://www.microdon.org/

 

b corp

SALON PRODURABLE : la communauté BCORP sera présente au salon PRODURUABLE les 30 et 31 mars – Porte Maillot. La communauté BCORP est hébergée sur le stand de l’agence UTOPIES 1ère entreprise française certifiée BCORP. Venez nous rejoindre sur le stand N°59.

Autocollant rond copie jpeg pour site

Le 22 octobre, B CORP France dévoile ses 25 membres fondateurs en France. Le Rêve du Dogon en fera-t-il parti ?

B CORP une communauté de 1450 entreprises partageant le même projet :

Montrer que les entreprises privées (for profit) peuvent mettre leur efficacité et leur créativité au service de l’intérêt général (for purpose).

B CORP  un label révolutionnaire

Ce label est révolutionnaire car il distingue les entreprises qui dirigent en priorité leurs efforts vers le bien commun sans négliger le bénéfice car rappelons que le B de BCORP signifie Bénéfices.  BCORP allie donc deux valeurs, le bien commun et le bénéfice.

B CORP, servir d’autres intérêts que ceux des actionnaires 

Ces entreprises ont choisi de mobiliser le pouvoir de l’entrepreneuriat pour le mettre au service du bien commun avec des engagements sociaux, environnementaux et Sociétaux.

ONG BCORP a créé un label qui fédère 1450 entreprises du secteur privé telles que Patagonia, Natura, Etsy, Kickstarter… dans 42 pays

Influer sur les lois : Aux USA, plus 30 états ont créé un nouveau statut juridique sous le nom de Benefit Corporation. Les entreprises sous le statut Benefit Corporation s’engage formellement à servir d’autres intérêts que ceux de leurs seuls actionnaires. 

BCorp bandeau

BCORP France http://magazine.ouishare.net/fr/2015/10/500-entreprises-b-corp-en-france-dici-3-ans/

Pour obtenir ce label, il faut satisfaire à 200 critères de performances sociale, environnementale et sociétale mais aussi prendre des engagements en termes de transparence.

L’ONG BCORP met à disposition des outils comme le B IMPACT (utilisable par toutes les entreprises pour s’évaluer sans obligation de poursuivre) et le B ANALYTICS.

BCORP France est animée par L’agence Utopies, première entreprise certifiée B CORP en France.

Le Rêve du Dogon est fier et heureux de participer à l’aventure. Nous nous sentons moins seuls à vouloir penser un monde solidaire.

Nous allons essayer d’être à la hauteur des enjeux, mais nous aurons besoin de vous pour réussir.

Merci de soutenir BCORP en France en suivant son développement sur twitter : BCORP_FR

Consultez le communiqué de presse de lancement de B-Corp

leurs-produits-derives-pas-toujours-made-france

Les partis politiques et les produits dérivés

Vous en avez sûrement entendu parler cet été, avec la publication de l’enquête sur l’origine des produits dérivés des partis politiques menée par la Fédération Indépendante du Made In France (FIMIF), les partis politiques français ne sont pas forcément les plus engagés pour défendre le Made in France lorsqu’il s’agit de leurs produits dérivés.

Petit retour sur cette enquête très instructive menée par la FIMIF auprès de 8 partis politiques et de la boutique de l’Assemblée Nationale. En résumé, il y a encore pas mal de travail !  Les partis politiques, souvent par manque d’intérêt se sont parfois abstenus de répondre ou pire, ont répondu à côté de la réalité.

Ainsi, fiers d’arborer les couleurs du Made in France comme un combat, certains partis semblent l’ignorer dans leur pratique quotidienne.

En effet, il ressort de cette enquête que la plupart des partis politiques interrogés ne font pas fabriquer leurs produits dérivés en France ou ne connaissent pas leurs origines, laissant imaginer que cette question ne les préoccupe pas énormément. Pourtant au Rêve du Dogon nous abordons cette question avec les différents partis politiques et syndicats avec lesquels nous travaillons depuis des années.

 

4961545_t-shirts_545x460_autocrop

En rentrant un peu plus dans le détail nous pouvons constater qu’aucun des partis interrogés ne fait fabriquer l’intégralité de ses Tee-Shirts en France. Certes le PS déclare dans cette enquête avoir recours à certains Tee-shirts fabriqués en France mais le reste de ceux utilisés provient du Bangladesh, du Vietnam, du Kenya ou encore du Portugal. Concernant le PRG, l’UDI ou encore Les Républicains, l’intégralité des Tee-shirts recensés au moment de l’enquête provenaient du Bangladesh d’après leurs déclarations.

L’enquête affirme qu’il n’est pas difficile de se procurer des Tee-Shirts Made in France. La réalité n’est pas si simple : délais d’approvisionnement, coûts, réseaux de distribution, quantités disponibles posent souvent problème et ce sont les raisons pour lesquelles il nous est arrivé de proposer des Tee-Shirts européens pour répondre aux demandes de partis politiques.

Pour autant, les raisons avancées par les partis politiques pour expliquer leurs lointains approvisionnements peuvent laisser perplexes les professionnels que nous sommes.

Parmi elles :

 

-Le fait que leur boutique ne soit pas stratégique et le recours aux prestataires extérieurs pour leurs approvisionnements.

cest faux

Connaissant les efforts réalisés pour ces éléments de propagande politique nous ne pouvons croire une seconde que cela ne soit pas stratégique. Car les Tee-Shirts, badges, arborés par les militants lors des meetings et des « porte-à-porte » sont une part importante de la communication des partis politiques, notamment en période de campagne électorale où ils sont toujours dans le champ des caméras. D’ailleurs les budgets consacrés ne laissent aucun doute sur l’importance des goodies et autres objets de communication pour les différents partis.

De même le recours à des prestataires extérieurs n’est en rien une excuse, puisque justement ces prestataires extérieurs sont à même de les conseiller et de leur proposer des produits dont l’origine et les conditions de fabrication sont connues et affichées. Nous rencontrons souvent cette situation et suggérons des productions de proximité lorsque cela est possible. De même, il nous est arrivé à différentes reprises d’alerter nos clients sur l’erreur de ne pas privilégier le Made in France.

 

« Les garanties de traçabilité des produits sont très difficiles à obtenir… »

cest faux

Depuis plusieurs années, en plus de pouvoir garantir le lieu de fabrication des produits, nous pouvons garantir les conditions de fabrication, les matériaux utilisés, le niveau de RSE des fournisseurs avec lesquels nous travaillons. C’est une exigence de notre engagement pour un développement durable.

C’est ainsi que nous avons pu, lors de campagne présidentielle de 2012, réaliser pour l’un des partis cité dans l’enquête, des articles exclusivement fabriqués en France ou en Europe, conformément aux souhaits de notre client.

Nous nous efforçons de sensibiliser nos clients, non seulement au Made in France, mais plus largement au Développement Durable, nous le faisons avec conviction, car nous pensons qu’il est de la responsabilité de chacun de prendre en considération ces préoccupations et de les appliquer dans ses actes quotidiens.

 

« Presque tous les partis ont une forte marge de progression «

vrai

 

 

Si certaines réponses de l’enquête ne sont pas dans les faits le reflet de la réalité, si elles sont surprenantes, voire inquiétantes, elles ont le mérite de pointer la méconnaissance de certains « responsables » politiques, sur les enjeux de la société, le décalage entre leurs actes et leurs discours, l’ignorance de l’histoire récente de leur parti.

On peut donc facilement espérer que le travail de La FIMIF accélère la réflexion et une évolution des partis sur leur politique d’achats responsables.

A suivre.

 

 

Pour aller plus loin :

Consulter l’enquête de la FIMIF – Enquête Origine des produits des partis politiques

Prochainement l’article avec nos réponses à l’enquête.

cop 21

Qu’est ce que la COP 21 ?

La France va accueillir et présider la 21e Conférence des parties de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques de 2015 (COP21/CMP11), aussi appelée « Paris 2015 », du 30 novembre au 11 décembre 2015.

C’est une échéance cruciale, puisqu’elle doit aboutir à un nouvel accord international sur le climat, applicable à tous les pays, dans l’objectif de maintenir le réchauffement mondial en deçà de 2°C. La France va donc jouer un rôle de premier ordre sur le plan international, pour rapprocher les points de vue et faciliter la recherche d’un consensus au sein des Nations unies et aussi au sein de l’Union européenne, qui occupe une place importante dans les négociations sur le climat.

La responsabilité de la France est double :

  • Comme pays hôte, la France va devoir accueillir les participants dans les meilleures conditions de travail, de transports, d’hébergement.Il s’agit tout de même de 40 000 délégués représentants chaque pays, observateurs, membres de la société civile qui seront accueillis sur le site du Bourget à coté de Paris
  • Occupant la présidence de la conférence, elle aura à faciliter les débats entre pays et assurer un fonctionnement transparent et inclusif du processus de négociation. 

L’enjeu est de taille : il s’agit d’aboutir, pour la première fois, à un accord universel et contraignant permettant de lutter efficacement contre le dérèglement climatique et d’impulser/d’accélérer la transition vers des sociétés et des économies résilientes et sobres en carbone.

Pour cela, le futur accord devra traiter, de façon équilibrée, de l’atténuation – c’est-à-dire des efforts de baisse des émissions de gaz à effet de serre permettant de contenir le réchauffement global à 2°C – et de l’adaptation des sociétés aux dérèglements climatiques déjà existants. Ces efforts devront prendre en compte les besoins et capacités de chaque pays. Enfin, l’accord doit entrer en vigueur à partir de 2020 et devra être durable pour permettre une transformation à long terme.

Chaque pays doit publier, dès que possible et avant la COP21, une contribution présentant ses efforts nationaux. Cet exercice constitue une grande nouveauté dans le cadre des négociations climatiques internationales. La France s’est engagée à aider les pays en difficulté dans la préparation de leur contribution, afin que chacun puisse présenter, en fonction de sa situation, une contribution nationale participant à la lutte universelle contre le dérèglement du climat. À la veille de la conférence de Paris, le secrétariat de la Convention-cadre des Nations unies rendra publique une synthèse de ces contributions, ce qui permettra de voir l’effet cumulé de tous ces efforts.

Autre objectif essentiel visé à Paris : la mobilisation de 100 milliards de dollars par an par les pays développés, de source publique et privée, à partir de 2020. Cet engagement, formulé lors de la conférence sur le climat de Copenhague en 2009, doit permettre aux pays en développement de lutter contre le dérèglement climatique tout en favorisant un développement durable et juste. Une partie de ces financements transitera par le Fonds vert pour le climat, dont la première capitalisation a atteint 10,2 milliards de dollars, dont près d’un milliard abondé par la France. Plus largement, la conférence de Paris doit adresser aux acteurs économiques et financiers les signaux nécessaires à la réorientation de leurs investissements.

cop21 2

Au Rêve du Dogon nous suivrons avec intérêt la préparation de cette conférence et les décisions qui en découleront, pas seulement parce que nous sommes une entreprise engagée et militante intéressée par ces questions mais aussi car nous sommes convaincus que l’engagement de la société civile est nécessaire pour réussir cette transition et que le secteur d’activité dans lequel nous évoluons ce doit d’être précurseur sur ces sujets.

C’est la raison pour laquelle nous nous efforçons de communiquer sur les conditions de fabrication de nos produits, que nous essayons au quotidien de convaincre nos clients des bienfaits de s’inscrire dans un processus de développement durable et que les faibles économies immédiates réalisées sur quelques cadeaux d’affaire par exemple sont un très mauvais investissement sur le long terme et pour leur communication.

Pour en savoir plus sur ce sujet, vous pouvez visiter le site de la COP 21  et consulter nos articles sur le thème du développement durable

plastique-5

Le polypropylène recyclé

Le polypropylène fait partie de la famille des thermoplastiques : ces plastiques sont formables à chaud sans modification chimique et sont facilement recyclables. On retrouve aussi dans cette famille le polyéthylène, le PVC et le polystyrène.

Depuis sa découverte par Ziegler en 1957, le processus de fabrication n’a cessé d’être amélioré notamment par l’utilisation de nouvelles techniques de catalyse dans la polymérisation (procédé permettant d’atteindre plus vite la température de réaction sans apporter d’énergie supplémentaire).

Cela a permis d’éviter l’utilisation de solvants autre que le monomère propylène qui n’étaient pas recyclables, et dont l’utilisation dans le processus entraînait l’apparition de sous-produits qu’il fallait exclure et qui rendait donc la fabrication coûteuse.

On utilise le polypropylène dans divers domaines, par exemple pour la fabrication de pièces automobiles, de contenants alimentaires, de films d’emballages, de cordes, d’adhésifs et colles, de fibres textiles (tapis), de pièces pour équipements ménagers, de jouets, de composants électriques et électroniques, de tuyaux etc…

Un petit point sur son utilisation : En 2012, dans le monde, 53,9 millions de tonnes ont été utilisés

Cette consommation a représenté 25 % de la consommation totale de matières plastiques, celle-ci s’élevant à 211 millions de tonnes en 2012.

Les principaux secteurs d’utilisation sont les suivant, en % de la consommation totale.

Emballages 50 % Electricité, électronique 6 %
Fibres 12 % Transport 6 %
Biens de consommation 12 % Construction 6 %

(2012, Source : Société chimique de France)

Le polypropylène recyclé s’obtient en récupérant des matières premières en polypropylène, ces dernières sont ensuite transformées sous forme de granules qui serviront de base pour la conception des nouveaux produits en polypropylène recyclé.

Logo ruban de Mobius pour le plastique recyclable (ici le polypropylène)Un petit logo vous permet de reconnaître les plastiques recyclables, il s’agit du ruban de Möbius en forme de triangle avec un chiffre à l’intérieur indiquant le type du plastique. Pour le polypropylène, aussi abrégé PP, on trouve ce logo avec le chiffre 5.

Au Rêve du Dogon nous vous proposons régulièrement des produits en polypropylène recyclé et autres produits éco conçus. N’hésitez pas à consulter nos catalogues ou à nous contacter pour trouver le cadeau d’affaire ou l’objet qui vous correspond

11535901_479535558869296_2422444904593404912_n

C’était le 10 juin et ça va continuer

Le 10 juin dernier, nous organisions une soirée dans notre showroom parisien, pour fêter nos 10 ans de collaboration avec l’artiste Nowart et présenter notre engagement en faveur du développement durable.

Intitulée « Une passerelle humaniste entre l’art et l’objet publicitaire », sur la base d’un très bel écrit de l’écrivaine Aurore Jesset que vous pouvez consulter sur notre site, cette soirée a été l’occasion de réaffirmer l’ADN du Rêve du Dogon en tant qu’entreprise militante et tournée vers l’avenir.

Réunissant de nombreux clients, amis et partenaires, dans une ambiance conviviale, ce moment de partage nous a permis de renforcer la conviction qu’une autre manière de faire de l’objet publicitaire est possible.

Ce travail que nous menons depuis des années pour intégrer le développement durable au sein de la communication par l’objet (pour en savoir plus sur ce thème c’est par ici) entame une nouvelle phase, et régulièrement vous entendrez parler ici de notre engagement et de nos efforts à ce sujet.

Cette soirée fût aussi l’occasion d’illustrer notre engagement artistique, en présentant des œuvres d’artistes avec lesquels nous collaborons au quotidien. Avec ces artistes engagés dans la vie de la cité, qui partagent notre ambition d’agir pour bâtir ensemble un monde meilleur, nous allons proposer des produits qui feront le lien entre l’Art et la communication par l’objet.

Nous vous proposons de revivre ici cette soirée avec une sélection de quelques vidéos et photos. Pour voir l’ensemble des vidéos vous pouvez vous rendre sur notre page youtube, ainsi que sur notre page facebook pour les photos.

Tout d’abord une petite vidéo de clients concernant notre engagement pour le développement durable :

Une interview de l’artiste Nowart qui revient sur la collaboration avec le Rêve du Dogon :

Enfin, une sélection de quelques photos de la soirée et d’œuvres présentées sur lesquelles vous pouvez cliquer pour un affichage grand format :

Cette soirée du 10 juin restera pour nous une étape importante dans l’engagement de notre entreprise. Engagement que nous souhaitons partager plus encore avec nos clients et partenaires.

Parce que nous sommes convaincus que l’intégration des problématiques de développement durable, au niveau de la communication par l’objet et dans le domaine des cadeaux d’affaires, est une nécessité pour notre métier et pour le monde dans lequel nous aspirons à vivre. Nous pensons aussi que cette prise de conscience est l’affaire de tous. Vous pouvez compter sur nous pour vous aider à choisir des objets dont vous pourrez être fiers à tout point de vue.

 

Aurore Jesset

UNE PASSERELLE HUMANISTE ENTRE L’ART ET L’OBJET PUBLICITAIRE

Aurore Jesset portrait

Ecrit par Aurore Jesset pour le Rêve du Dogon et Nowart

Avril/mai 2015

Depuis sa création en 2001, le Rêve du Dogon s’inscrit dans une démarche soucieuse des réalités environnementales, sociales et économiques. Son  éthique vise  le respect de tous les partenaires impliqués dans les étapes successives des projets réalisés. Acteur du développement durable,  La responsabilité est un axe central. Responsable des enjeux individuels et collectifs, l’équipe du Rêve du Dogon développe son expertise en suivant sans relâche ce fil conducteur. Ainsi, Patrick Lafon, à l’origine de la structure, poursuit son engagement militant  au service de l’équité.

Dans ce contexte, le Rêve du Dogon voit dans l’objet publicitaire un facteur de lien entre les individus lorsque le message s’adresse à tous, telle une valeur fondatrice à partager. Les premières organisations ethniques se sont tissées autour de la circulation des objets. En effet, de l’utilité au symbole, donner ou recevoir l’objet, participe depuis la nuit des temps aux liens entre les hommes. Sensibles à l’ancrage de l’objet dans l’histoire des civilisations, le Rêve du Dogon s’affirme du côté de l’objet  déterminé par une histoire humaine. Ainsi, l’objet publicitaire, usuellement prétexte à la promotion, devient une entité qui fait voyager par ce qu’il raconte.

Les valeurs humanistes constituent une orientation centrale du Rêve du Dogon. Ses choix et ses stratégies en témoignent. En l’occurrence, un partenariat régulier avec des artistes enrichit l’ouverture et la qualité de ses projets.

 

L’art au cœur de la culture, agent essentiel du maillage social, doit selon Patrick Lafon  prendre sa place dans le développement durable.

La promotion du développement durable associé au génie artistique, témoin des méandres de l’existence que l’art sublime,  vise des objets de qualité porteurs d’un sens majeur. Ainsi, chacun et chacune se reconnait dans l’objet en tant qu’il représente des valeurs primordiales et qu’il procure du plaisir par sa conception esthétique. L’implication affective devient alors possible par l’attachement et la résonance identitaire suscités par les qualités de l’objet. Vivre l’objet dans son quotidien ou le transmettre prend alors toute sa dimension.

Patrick Lafon voit dans l’art une passerelle  à valoriser entre les trois pôles incontournables du développement durable, c’est-à-dire, dans l’équilibre des domaines économique, social et environnemental.  Entre l’artisanat et l’art écologique, le Rêve du Dogon revendique le  respect de l’homme et de la planète par une conception novatrice de l’objet.

 

2015 célèbre dix années de partenariat avec  Arnaud Rabier alias Nowart,  artiste plasticien complet tant ses domaines techniques et esthétiques sont multiples.

Nowart et Patrick Lafon partagent un même regard sur le monde et la vie. Tous deux croient en l’homme, en ses ressources positives dont l’amour. D’après eux, cette énergie universelle est la condition des changements profonds et nécessaires. Ils déplorent qu’elle soit trop souvent négligée au profit des défis modernes tels que le pouvoir et la rentabilité.

L’artiste et le publicitaire sont sensibles  aux traditions de certaines régions du monde tournées vers la recherche d’harmonie, entre les individus, les générations, ainsi qu’entre l’homme et la nature. Nowart s’est rendu de nombreuses fois dans la partie Ouest du continent africain pour y semer les couleurs du lien par des actions « fleurs ». Et selon l’anecdote, le Rêve du Dogon doit son nom à la rencontre d’un habitant dogon du quartier parisien. Ses récits d’ailleurs par ses histoires du pays laissent à Patrick Lafon un souvenir plein d’humanité.

La poésie relie les deux hommes. D’un côté, celle des fleurs dodues, créatrices de liens entre les habitants des quartiers éprouvés par les drames de l’histoire ou la pauvreté, et de l’autre côté, la poésie d’un nom propice au voyage et d’une conception humaniste de l’objet.

Parrain du projet fleurs depuis le début par son mécénat et ses réalisations diverses (tee-shirts, expositions…), le Rêve du Dogon soutient Nowart dans ses immersions successives. L’artiste,  pèlerin du terreau humain, continue à répandre ses graines de générosité. Le parcours s’allonge, les fleurs s’épanouissent d’Afrique du sud à l’Afrique de l’ouest. Moins loin, elles traversent plusieurs régions de France, et bientôt le Brésil. Les graines n’en finissent pas d’éclore.

 

Un projet  commun mêlant artisanat et art écologique à Samba Dia (Sénégal) sera à l’origine d’une dynamique forte en développement durable. Alliant  l’humain, l’art, l’économie, et la sauvegarde de l’environnement, une activité locale réalisera des sacs tricotés  à partir des déchets plastiques dispersés dans les alentours. Le processus de fabrication, le choix des matériaux,  le concept esthétique et les stratégies de commercialisations seront pensés selon les compétences respectives  du Rêve du Dogon et de Nowart, ainsi que celles d’autres spécialistes partenaires.

Actuellement, un événement prochain se prépare. Nowart est invité à participer à une importante manifestation internationale, premier grand festival franco-brésilien de Rio « Planeta Ginga », en octobre 2015, organisé par Mathias Cassel alias Rockin’ Squat (auteur, compositeur, interprète français, fondateur du groupe de Hip Hop Assassin) et de Freddy Vitorino, producteur brésilien de cinéma.

L’initiative est soutenue par Omar Sy, Wagner Moura et de nombreuses célébrités artistiques (cinéma, musique, graff…) seront à l’affiche. Le projet vise l’accès à la culture aux habitants des favelas et à dynamiser le lien dans la mixité sociale et culturelle.

Nowart investira avec ses complices l’artère principale de la favela , pour y peindre avec grands et petits des quartiers, des fleurs, mais aussi des portraits des familiers du lieu. « Le chemin des fleurs » se tiendra à pétales déployés pour l’ouverture du festival. Puis, tel un poumon végétal, il se gonflera du bouillonnement humain et artistique durant deux jours.  Aussi, le peintre participera à une fresque murale collective d’envergure. Pour l’artiste, la fleur symbolise  « la complexité de la nature humaine traversée par la vie, l’amour, la mort (…) La diversité, la différence, la dimension du « vivre ensemble »(…) sont des notions cruciales véhiculées par le thème de la fleur ».* Son traitement singulier des portraits traduit cette même densité.

Le Rêve du Dogon rejoint Nowart sur ce projet franco-brésilien et vous propose d’être acteur de la suite du long chemin déjà parcouru par le jardinier des cœurs, de Marseille à Soweto et bientôt à Rio, avec  cinq fleurs, symboles des cinq continents de la planète et des cinq doigts de la main. S’il vous reste une part de rêve pour la cause humaine, participez à la poursuite du voyage, en collant sur les murs, les affiches aux corolles épanouies.  Elles seront relayées par Nowart à Rio par les collages qu’il réalisera comme vous. De Paris à Rio, et partout dans le monde,  chacun  a son coin de verdure à défricher pour que se fertilise l’amour et la solidarité entre les hommes, parce que le sourire d’une fleur, quelques soit sa couleur, son odeur et sa terre d’origine a le droit à la lumière.

 

Patrick Lafon et son équipe cultivent une démarche publicitaire aux couleurs de l’émotion. L’art et le développement durable forment une belle alliance pour  favoriser cette énergie vitale qui rassemble, et plus encore,  elle promet le déploiement d’un nouvel art de vivre. De l’objet utilitaire à l’objet utile en tant qu’il s’anime d’un sens fondateur, la philosophie du Rêve du Dogon affirme une éthique au service de la dignité individuelle  et des valeurs collectives.

Aurore Jesset  est psychanalyste, écrivaine, interprète d’art.  http://www.aurorejesset.net/

Le texte disponible  en version audio sur www.nowartproject.com

 

*De l’art et du lien par Aurore Jesset dans Arnaud Rabier Nowart, du graffiti à l’Art in Space 

Editions LVE – 2014

photos-articleDD

Le développement durable et la communication par l’objet

97 % des français ont une perception positive des cadeaux publicitaires. C’est un outil « palpable » largement utilisé par les marques dans un monde de plus en plus digital. La communication par l’objet diffuse en France pour un montant de 1,372** milliard d’Euros d’objets fabriqués principalement en Asie. La communication par l’objet ne devrait-elle pas être le fer de lance du développement durable pour les marques ?

Dans un contexte où les échanges entre les marques et les clients se digitalisent, que les médias traditionnels, comme la télévision, restent stables ou sont en perte de vitesse comme pour la presse écrite (cf. pour plus de détails, l’étude de l’IREP sur les « Résultats annuels du Marché Publicitaire Français 2014 »), il est intéressant de noter que la communication par l’objet conserve tout son attrait pour les français. C’est également un support physique très attractif pour les marques qui souhaitent compléter la communication digitale et se glisser dans les sacs de leurs clients, habiller leurs clients avec des tee-shirts ou des casquettes, et les accompagner en weekend ou en vacances via des sacs de voyage personnalisés avec logo et/ou base-line.

Qu’est-ce que le marché de la communication par l’objet ?

La 2FPCO, la Fédération Française des Professionnels de la Communication par l’objet (http://www.2fpco.com/) a réalisé en juin 2011 et mars 2013 deux études pour mesurer l’impact de la communication par l’objet. Il en ressort quelques résultats intéressants.

S’il existe un écart entre les objets distribués par les marques et ceux attendus par les clients, il n’en reste pas moins que :

  1. 81% des personnes interrogées connaissent la marque apposée sur l’objet ;

  2. 97 % des français ont une perception positive des cadeaux publicitaires ;

  3. 79 % aimeraient en recevoir plus.

Les différences entre les objets reçus et souhaités

Les objets publicitaires ont une durée de vie très longue dans un monde instantané

L’objet publicitaire reste le compagnon du client pendant plusieurs mois, 8 mois au minimum pour un stylo, voire plusieurs années pour des articles de bagagerie ou textile.

C’est donc un investissement pérenne et utile quand il est bien choisi par la marque. Dans ce contexte, prendre en compte le développement durable et le faire savoir doivent devenir un objectif à part entière pour les marques. Ces objets associés à une histoire permettent de véhiculer l’ADN de la marque et de s’inscrire dans un projet global qui préoccupe les français (http://www.encyclo-ecolo.com/Fran%C3%A7ais_et_le_d%C3%A9veloppement_durable )

duree

Comment associer Développement Durable et Communication par l’objet ?

Il serait donc intéressant d’associer à ces objets appréciés par les clients une dimension supplémentaire en s’assurant qu’ils répondent aux règles du développement durable telles qu’elles ont été définies par la 2FPCO avec l’AFNOR* basées sur l’outil ACESIA. Cet outil ACESIA (https://www.acesia2.fr/ ) permet à l’acheteur de s’inscrire dans une démarche d’achat responsable.

Un secteur qui a construit des normes spécifiques

Aujourd’hui, il existe de multiples normes et certifications pour des objets fabriqués le plus souvent en Asie. Tous les outils sont disponibles pour contrôler et certifier les intervenants dans le monde entier, de l’extraction des minerais ou des composants (cuivre, zinc…), à la culture (coton, bambou…) en passant par la fabrication (contrôle des usines) et de la fin de vie des produits (recyclage, compostage, etc.)

Ce marché n’est pas négligeable car il emploie plus de 13 000 personnes en France et représente 1,372** milliards sur les 31 milliards** dépensés par les marques pour communiquer.

Les 5 règles qu’un acheteur doit appliquer pour s’inscrire dans une démarche Développement Durable

La 2FPCO qui a édité conjointement avec l’AFNOR/ACESIA le guide « La 2FPCO et la communication responsable » a établi 5 règles que les acheteurs devraient systématiquement appliquer pour s’inscrire dans une démarche développement durable sans avoir pour autant à connaître toutes les procédures et les certifications disponibles. Ces règles sont les suivantes :

  1. Evaluer le prestataire professionnel de la communication et s’assurer qu’il s’est engagé à proposer à ses clients des objets fabriqués selon les règles du développement durable en étant lui-même certifié.

  2. Décrire le besoin avec précision pour que l’objet diffusé soit utile et donc pérenne.

  3. Inscrire l’objet publicitaire dans la démarche RSE de l’entreprise notamment pour intégrer les contraintes inhérentes à l’objet : délai de fabrication, de test, de transport, de marquage

  4. Vérifier la conformité aux normes en demandant aux prestataires des preuves (certification, etc.)

  5. Considérer le coût de la qualité en modifiant les cahiers des charges pour intégrer une nouvelle approche basée sur le mieux-disant et pas le moins-disant.

Pour conclure, les objets publicitaires, de part leur longévité et l’attraction générée auprès des clients, devraient devenir le fer de lance de la « stratégie développement durable » d’une marque, d’une association, d’une collectivité, etc. C’est un outil accessible et concret pour respecter les préoccupations des Français et garantir qu’un objet généralement festif car associé à la fidélité, à un remerciement ou à un événement, soit également une source de plaisir et de bonheur pour ceux qui l’ont fabriqué.

* http://www.afnor.org/liste-des-actualites/actualites/2014/mars-2014/objets-publicitaires-et-developpement-durable-afnor-solutions-achats-publie-un-guide-pour-les-professionnels

** Sources : Etude IREP/France PUB 2012 – Etude PLIMSOLL 2012 Chiffres fournis par 656 Editions