money-2724241_640

Une TVA spécifique pour les produits durables : utopie ou nécessité ?

La CAMIF a lancé une pétition à destination des députés pour mettre en place une TVA spécifique aux produits conçus ou achetés de manière responsable. En effet, une nouvelle idée semble naître pour la distribution de produits respectueux de normes sociales et environnementales.

Si vous aussi vous êtes intéressé par cette mesure et qu’il vous semble pertinent de la mettre en place, Le Rêve du Dogon, vous encourage à signer cette pétition et prendre part à ce combat qui pourrait s’avérer salvateur pour tout un pan de l’économie française.

Mais avant de signer, Le Rêve du Dogon vous explique pourquoi il nous semble important de le faire.

Tout d’abord quelques petits rappels sur la TVA :

La Taxe sur la Valeur Ajoutée (TVA), qui est impôt indirect sur la consommation est une taxe qui est intégralement payée par le consommateur final. En France, la TVA se décompose en quatre principaux taux :

  • 20% taux applicable à tous produits n’ayant pas de taux spécifique, c’est-à-dire la grande majorité des ventes de biens et de services.
  • 10% (produits agricoles non transformés ; bois de chauffage ; droits d’entrée des musées, zoos, monuments ; restauration ; etc.)
  • 5,5% (produits alimentaires, livre sur tout support, équipements et services pour handicapés, fournitures de chaleur issue d’énergies renouvelables, etc.)
  • 2,1% (médicaments remboursables par la sécurité sociale, ventes d’animaux vivants de boucherie et de charcuterie, redevance télévision, etc.)

Chaque taux s’applique donc à un type particulier de produits ou services vendus. De fait il existe déjà des fiscalités différentes pour différents types d’activité. Cela constitue un premier argument en faveur de l’élaboration d’un taux de TVA spécifique pour les produits responsables, puisque l’administration sait déjà séparer les taux en fonction des activités.

Quel taux appliquer pour quels enjeux ?

Dans un deuxième temps, la demande de la CAMIF est d’appliquer le taux de 5,5% aux produits responsables. Pourquoi ce taux ? Est-il le plus pertinent ?

Effectivement, il semblerait que le taux de 5,5% soit le plus pertinent car il recouvre aujourd’hui les produits et services de première nécessité. Or, n’est-il pas, à l’heure actuelle, plus que nécessaire de faire attention à la manière dont nous consommons ?

Tous les voyants sont au rouge et les principaux experts du climat et de l’environnement appellent à une mobilisation générale. Les inégalités sociales et économiques au niveau national et international ne cessent de s’accroître. La solution est entre les mains du gouvernement. Avec un taux de TVA réduit, les produits et services issus d’une conception durable pourront enfin être compétitifs. Qui parle de compétitivité parle de rentabilité et n’est-ce pas là un point noir de l’économie française actuelle ?

En adoptant cette mesure, l’effet économique qu’elle engendrerait n’est pas négligeable ! Il y a là l’opportunité d’alimenter un cercle vertueux qui créera de la richesse, des emplois, du pouvoir d’achat et qui permettra à beaucoup de petites entreprises de se voir évoluer positivement tout en proposant des solutions innovantes pour une consommation future plus intelligente que celle actuelle.

De plus le rôle de l’État n’est-il pas d’inciter et d’encourager les citoyens à s’orienter vers un mode de consommation plus responsable ? Avec l’accord de Paris et l’objectif que l’on a fixé à une grande partie de l’humanité (à savoir rester sous la barre des 2°C de réchauffement atmosphérique) la France se doit de montrer l’exemple. Et quel meilleur exemple que de rendre une consommation responsable possible et accessible à tous.

On s’aperçoit donc qu’avec la mise en place d’une telle mesure on répond entièrement à des enjeux de développement durable. En effet, tant sur le plan économique que social et environnemental cette notion peut s’avérer être salvatrice et créatrice d’opportunités pour l’économie française.

Un moyen pertinent de gratifier les pratiques responsables !

Enfin, le principal argument de la CAMIF pour la mise en place de ce nouveau taux, est de différencier clairement les pratiques que peuvent avoir les entreprises engagées et responsables en comparaison avec les entreprises qui base leur business model sur l’exploitation des ressources fossiles et sur l’utilisation d’une main d’œuvre bon marché.

En effet, pourquoi est-ce qu’une entreprise qui fait attention aux matières premières qu’elle utilise, qui surveille les conditions de travail de ses employés, qui participe à la réinsertion professionnelle, qui s’approvisionne en permanence en exigeant des normes très contraignantes et coûteuses auprès de leurs fournisseurs, qui prend du temps pour éco-concevoir ses produits pour limiter au maximum son impact environnemental,  se verraient au final devoir autant à l’administration qu’une entreprise qui n’intègre aucune de ces problématiques dans son business model ?

La question est juste, et dans un monde en pleine transition et en quête de sens, quel sera la réponse apportée par notre gouvernement ?

Nous espérons qu’elle sera la bonne, car il devient plus que nécessaire de démocratiser des pratiques plus justes, plus responsables pour arriver à une économie plus durable.

 

Rafael FERRER

Nuit des relais

Lancement de la Nuit des Relais 2017 lors de Femmes en Sport – le samedi 13 mai de 14h à 18h –

Chaque année, la Mairie de Paris invite toutes les femmes à chausser leurs baskets et leur tenues de sport pour une journée pleine de découvertes et de sueur, lors de Femmes en Sport. Pour cette édition 2017, la Fondation des Femmes et son partenaire l’UFOLEP participent aux festivités au Centre Sportif Micheline Ostermeyer (22 bis Esplanade Nathalie Sarraute, 75018 Paris). 
Infos pratiques pour venir 

Au cours de la journée, nous présenterons l’édition 2017 de La Nuit des Relais et proposerons des animations sportives telles que des mini-relais athlétiques, des challenge workout, de la battle rope et pleins d’autres surprises. 

Les personnes qui s’inscriront à La Nuit des Relais lors de cet évènement bénéficieront d’une réduction de 50% sur les frais d’inscription (Soit 15€ par personne). 

 

AUTRES DATES À RETENIR

Lundi 15 mai 2017 : Ouverture des inscriptions en ligne et début de la collecte
Vendredi 3 novembre 2017 : Fin des inscriptions en ligne
Vendredi 17 novembre 2017 : Fin de la collecte 
Vendredi 24 novembre 2017, 21h : La Nuit des Relais 2017

 

Ne manquez pas la deuxième édition de la Nuit des Relais
le 24 novembre 2017 avec pleins de nouveautés :

  • Des relais allégés de 8 minutes au lieu de 10. Et oui le 8 c’est un peu notre chiffre porte-bonheur !
  • Des rendez-vous sportifs avant la course pour mieux se préparer
  • Plus de défis pendant la course
  • Plus d’associations présentes pour sensibiliser aux violences faites aux femmes
Et surtout, on l’espère, plus de fun !
Pré-inscription à la Nuit des Relais 2017
logos_made_in_france

Made in France / Fabriqué en France / Labels… faisons le point

En Europe, le marquage de l’origine d’un produit non alimentaire est facultatif. Cependant le fabricant peut apposer sur ses produits une mention « Made in… » ou « Fabriqué en… » s’il respecte un certain nombre de règles codifiées par les services douaniers.

En plus des labels comme « Entreprise du patrimoine vivant », « Origine France garantie » ou encore « Terre textile » par exemple, difficile de savoir ce que représentent véritablement ces indications et ce qu’impliquent ces labels. Faisons le point sur cette question.

De plus en plus de Français prêtent attention à la provenance des produits qu’ils consomment. Leur motivation lors de l’achat revêt différentes préoccupation comme la sauvegarde de l’emploi et le soutien à l’économie nationale, la recherche de qualité et de sécurité d’usage ou encore la proximité et le savoir-faire attaché à un territoire. La provenance des produits est devenue un argument de vente mis en avant par les fabricants et commerçants d’autant plus que 77% des français se déclarent prêts à payer plus cher pour acheter français.

Mais comment déterminer l’origine d’un produit ?

Doit-on prendre en compte l’origine des matières premières, les étapes de fabrication, les activités de recherche et de développement nécessaires à la conception du produits ?

Pour déterminer l’origine d’un produit et pouvoir y apposer la mention Made in France, il convient de se reporter à l’article 39 du Code des douanes communautaire et de se familiariser avec une notion un peu barbare : Les règles d’origine non préférentielle.

Les règles sur l’origine non préférentielle sont définies au niveau européen par les articles 22 et 26 du règlement n°2913/92 du Conseil (Code des douanes communautaire) et par les articles 35 à 65 et les annexes 9 à 11 du règlement n°2454/93 de la Commission (Development Assistance Committee). Ce sont ces règles qui permettent d’établir la « nationalité » d’un produits quand le processus de production intervient dans différents pays.

Pour simplifier on pourrait dire que le produits prend l’origine du pays où il a subi la dernière transformation substantielle. Pour chaque catégorie de produit correspond une liste de transformation substantielle qui selon les cas correspondent à une transformation spécifique, un changement de position tarifaire du produit, un critère de valeur ajoutée ou parfois une combinaison de ces critères.

Ainsi une chemise de nuit confectionnée en France à partir de tissu chinois pourra revendiquer l’origine française par exemple.

Pour aller un peu plus loin concernant ces règles sur l’origine non préférentielle nous vous proposons de visionner cette vidéo réalisée par les douanes françaises :

Pour autant cette notion du Made in France n’apporte pas toutes les garanties puisqu’une chemise confectionnée en France à partir de tissu chinois pourra s’en prévaloir autant qu’un produit réalisé en France à partir de matières premières d’origine française. C’est pourquoi depuis quelques années des labels se développent. Nous vous en présentons ici quelques uns et leurs particularités.

 

logoEPV
Le label « Entreprise du Patrimoine Vivant » est une marque de reconnaissance de l’Etat mise en place pour distinguer des entreprises françaises aux savoir-faire artisanaux et industriels d’excellence. Attribué pour 5 ans, ce label prend en compte la détention d’un savoir-faire rare ou de haute technicité, l’ancienneté de l’implantation géographique. A ce jour plus de 1100 entreprises en sont titulaires (par exemple Armor Lux ou Paraboot).
Plus d’infos : www.patrimoine-vivant.com

logoOFG
Le label « Origine France Garantie » a été crée en mai 2010. Attribué par l’association Pro France, il retient deux principaux critères : 50% du prix unitaire de revient doit être acquis en France et le produit doit prendre ses « caractéristiques essentielles » en France (Atol, Smuggler)
Plus d’infos : www.originefrancegarantie.fr

france-terre-textileLe label « Terre Textile » met en valeur une aire géographique de référence, par exemple pour « Vosges Terre Textile », il s’agit du massif vosgien, c’est à dire les deux versants des Vosges. Ce label est avant tout un label de terroir car pour l’obtenir l’entreprise candidate doit réaliser au moins 75% des étapes de fabrication dans l’aire géographique de référence.

Plus d’infos : www.franceterretextile.fr

logo_Bretagne
Le label « Produit en Bretagne » est un label a destination des produits alimentaires et industriels bretons. Pour être habilités à utiliser ce logo, les produits non alimentaires doivent être fabriqués par une entreprise membre  située dans l’un des cinq départements bretons, avoir fait l’objet d’une transformation substantielle en Bretagne, être adaptés à une commercialisation dans au moins un des différents circuits du réseau de distributeurs adhérents de Produit de Bretagne.
Plus d’infos : www.produitenbretagne.bzh

D’autres labels et indications existent sur l’origine des produits et leurs conditions de fabrications, bien qu’aucune obligation n’imposent la mention des origines sur les produits non alimentaires, de plus en plus d’étiquettes et présentations détaillent désormais l’origine des produits et matières utilisées. Pour savoir d’ou viennent et comment sont fabriqués les produits que nous utilisons il faut donc être attentif et ne pas hésiter à poser la question. Au Rêve du Dogon nous pouvons vous renseigner sur l’origine et les conditions de fabrication de l’intégralité des produits que nous vous proposons, n’hésitez pas à nous demander.

 

 

Logo-Alternatif

Soutenons la Fondation des Femmes

Lancé en mars 2016, la Fondations des Femmes oeuvre en faveur de l’égalité femmes-hommes et contre les violences faites aux femmes. Sous l’égide de la Fondation FACE, elle est la première structure de collecte nationale dédiée au financement de l’égalité femmes-hommes et à la lutte contre les violences faites aux femmes.

Nous vous avions déjà parlé de la Fondation des Femmes lors de la Nuit des relais organisée le 24 novembre 2016 et pour laquelle nous avions réalisé des rubans blancs vendus au bénéfice de la lutte contre les violences faites aux femmes.

15219428_717901695032680_634914801418256909_n

Cette année encore nous soutenons la Fondation des Femmes et vous invitons à en faire de même.

Parce que aujourd’hui encore 10% des femmes subissent des violences de la part de leur conjoint, que 80% des tâches domestiques sont réalisées par les femmes, que la part de femmes à l’Assemblée Nationale et au Sénat n’est que de 27%, nous pourrions continuer longtemps avec ces chiffres qui nous rappellent que le combat est encore devant nous et qu’il faut désormais passer la seconde pour une véritable égalité femmes-hommes.

En 2016, lors de la première édition de la Nuit des relais, 27 équipes, 22 entreprises et plus de 350 personnes s’étaient mobilisées au stade Jules Ladoumègue, permettant de collecter 33 000€ pour mener les actions de la Fondation des Femmes.

Cette année, l’objectif est de réunir 100 équipes, de faire participer plus de 1000 personnes et de collecter plus de 100 000 € pour financer des projets permettant l’accès à la justice des femmes victimes de violences.

Logo-Alternatif

Pour aller plus loin :

Le site de la Fondation des Femmes

La présentation de la Nuit des relais (entreprises)

 

drapeau

2017 débute et les campagnes électorales aussi.

Les 23 avril et 7 mai prochain nous voterons pour la présidentielle et les 3 et 17 juin pour les législatives.

Fidèle à ses valeurs, le Rêve du Dogon sera vigilant quant aux objets publicitaires utilisés par les différents partis politiques et candidats.

Nos 20 années d’expérience dans le domaine de la communication par l’objet lors d’élections nous permettent d’affirmer qu’il est possible de faire du Made in France, de choisir un produit éco-conçu tout en respectant les obligations de réactivité, de logistique et de coût d’une campagne électorale.

Tout au long de la campagne nous comptons sur vous aussi afin que les candidats affichent clairement la provenance et les méthodes de conception des produits vendus dans leurs boutiques. Pour notre part, nous ne manquerons pas de les interpeller à ce sujet.

Pour commencer cette année, nous avons sélectionné quelques « classiques » 100% made in France dont les candidats feraient bien de s’inspirer.

 

Le badge du Rhône

badge

Ce badge Made in France est disponible en différentes tailles, 45, 56 ou 75 mm.

Sa coque métallique est imprimée en couleur haute qualité. Recouvert d’un film brillant pour le protéger, il résiste à la pluie ce qui peut être pratique. Signe de reconnaissance de la tribu, à porter sur les marchés et au quotidien.

 

 

Le drapeau de Normandiedrapeau

Ce drapeau Made in France est fabriqué en Normandie. Personnalisable, il est disponible en format 40*60 et 60*80. Fabriqué en polyester 70gr, il est livre fixé sur une hampe pvc de 80 ou 100 cm. Fait pour être agité avec conviction lors des meetings, sa robustesse transmettra force et courage à votre candidat.

 

 

Le stylo français

stylo

 

 

Ce stylo 4 couleurs de fabrication française est le basique de toute campagne électorale : bleu, rouge, noir, vert, à chacun sa couleur pour prendre ou donner des informations de campagne ou noter un rendez-vous.

 

 

 

 

Le Tee shirt du Nordtshirt

C’est bien connu, dans le Nord il fait chaud et c’est la raison pour laquelle nous proposons ce très beau Tee shirt 100% coton peigné et disponible dans différentes couleurs et toutes les tailles habituelles. Avec un marquage cœur et dos, il est le compagnon idéal des militants lors des distributions ou des meetings.

 

 

 

Nous pouvons, bien entendu, proposer d’autres produits de campagne qui accompagneront votre candidat sur la route de la victoire, n’hésitez pas à nous consulter.

4961545_t-shirts_545x460_autocrop

Le Made in France et la campagne présidentielle

La campagne présidentielle de 2012 avait vu le thème du Made in France s’imposer au cœur des débats et des pratiques des candidats à l’élection. Propositions pour promouvoir le Made in France, valorisation du « achetons français », propositions d’allègements fiscaux, tva « anti-délocalisation »… chaque candidat s’était positionné sur le sujet.

Les boutiques officielles des différents partis politiques et la provenance des produits proposés étaient aussi surveillées attentivement. On apprenait par exemple que les T-shirts du FN « les gars de la marine » étaient fabriqués au Bangladesh, tandis que ceux de l’UMP « Ensemble, tout devient possible » provenaient du Maroc ou encore pour ceux du PS du Portugal.

La présidentielle de 2017 devrait voir le thème du Made in France revenir au centre des attentions. À en croire le défilé de candidats (Alain Juppé, Jean-Luc Mélenchon, Marine Le Pen, Bruno Le Maire, Nicolas Dupont-Aignan, Cécile Duflot…) lors des assises du produire en France qui se sont déroulées les 8 et 9 septembre dernier à Reims, nous pouvons imaginer que ce sujet aura une place centrale dans la campagne et nous y veillerons.

Une enquête menée par la FiMiF en 2015 sur la provenance des produits dérivés vendus par les partis politiques nous montrait que les T-shirts, badges, drapeaux ou casquettes sont rarement fabriqués dans l’hexagone (voir notre article à ce sujet). Les partis les plus vertueux en la matière étaient, au moment de l’enquête, le Front National et le MoDem.

Alors que la campagne présidentielle débute, nous avons décidé au Rêve du Dogon de redoubler de vigilance sur ce sujet. Forts de notre expérience dans la conception de produits dérivés et notamment lors des campagnes électorales, nous sommes en capacité de proposer des solutions Made in France et nous le ferons.

Ainsi, tout au long de la campagne qui débute, nous allons scruter les produits mis en vente et distribués par les différents partis politiques et interpeller les candidats sur leurs pratiques car nous sommes convaincus que le Made in France n’est pas qu’un discours. Qu’au-delà des engagements, promesses et déclarations, les choix pris dès la campagne dans le choix des produits dérivés de campagne ont leur importance.

Candidates et candidats à l’élection présidentielle, vous savez ce qu’il vous reste à faire…

DON-QUICHOTTE2

Le terrorisme ne doit pas jeter la COP 21 aux oubliettes. Au contraire.

L’Etat français doit montrer l’exemple et c’est loin d’être le cas.

Je vais illustrer mon propos par un exemple récent, presque anecdotique, auquel nous sommes trop souvent confrontés, qui prouve le décalage entre le discours et les actes de nos dirigeants et de nos administrations et la nécessité qu’il y a, à agir local et penser global (l’inverse est aussi vrai)

En effet, nous venons de répondre à un appel d’offres pour l’état français qui porte sur quelques centaines de milliers d’euros.

Certes, c’est un petit marché pour l’institution concernée qui veille sur notre sécurité intérieure et extérieure, et qui a fort à faire dans cette période de trouble.

Mais quand même, quel que soit le montant, ne pas faire une seule allusion à l’origine des produits, à leur condition de fabrication, est une aberration dans la rédaction d’un appel d’offres.

Aucune demande sur la démarche RSE des entreprises postulantes, aucune exigence sociale ou environnementale. C’est grave.

Les seuls critères de sélection sont les prix. Le moins cher possible. Peu importe, où et comment les pins’s, stylos et autres supports de communication seront fabriqués.

Rien à faire du bilan Carbonne, du salaire des salariés, du respect des conditions de travail, de l’écoconception des produits.

Pourtant une grande majorité de ces produits peuvent être fabriqués en France ou même en Europe, là où les normes sociales et environnementales, si elles ne sont pas encore idéales, sont largement au-dessus de celles des pays asiatiques.

Comme de braves soldats du Développement Durable, avec toute l’équipe du REVE DU DOGON nous avons quand même décidé de répondre à cet appel d’offres avec des produits écoresponsables. Nous avons proposé 40 % de produits Made in France, + 18 % imprimés en France et seulement 34 % imprimés et fabriqués en Asie.

Avant même que les plis soient ouverts nous savons que nous avons encore une fois joué les Don Quichotte. Nous allons être plus chers d’environ 30 % que nos concurrents.

Pourquoi ? Une seule raison.

Le salaire mensuel moyen d’un ouvrier chinois est de 120 à 200 euros alors qu’il est à 2 200 euros en France.

L’écart de salaire est de 1 à 10 voire 20 selon la région de fabrication entre la France et la Chine.

On pourrait se dire, qu’au final 30 % plus cher avec de tels écarts de salaires, c’est bien peu.

D’autant qu’il est aujourd’hui prouvé que 100 € d’achats réalisés en France ont en réalité un impact de 2 à 2,5 sur le montant initial. ( http://www.comite21.org/docs/infos21/2013/mai-pays-de-la-loire/slides-elcomite21-empreinteeco.pdf)

Concrètement, pour un appel d’offres comme celui-ci, d’un montant approximatif de 250 000 euros, il pourrait générer au minimum 500 000 euros de retombées pour l’économie française.

Multipliez ce chiffre par les milliers d’achats réalisés par l’Etat en une année, et vous pourriez estimer facilement le manque à gagner pour le pays.

D’autres choix sont possibles, faut-il encore que les politiques fassent appliquer à leurs administrations les principes annoncés avec tambours et trompettes à Paris cet hiver.

Si le code des marchés, fer de lance du libre-échange, ne permet pas de prendre en compte les critères conciliant développement économique, protection et mise en valeur de l’environnement avec progrès social, il est impératif changer le code des marchés.

Certes, l’actualité quotidienne est chargée d’actes monstrueux, de conflits et de drames partout dans le monde, qui pourraient faire passer ces questions comme mineures.

Mais au contraire, elles sont essentielles pour offrir aux générations futures, du travail, des conditions de vie décentes, la paix, la liberté, l’égalité et la fraternité.

Ce n’est pas en nivelant vers le bas que nous allons atteindre les objectifs planétaires que la COP 21 a fait validé par 187 pays.

2017 approche. Le futur candidat aux élections présidentielles devra proposer un projet qui réponde aux enjeux locaux, nationaux et mondiaux.

Au-delà des discours, il va falloir des actes. Ceux qui n’ont rien tenté alors qu’ils sont au pouvoir, devront être sanctionnés.

Ceux qui ont essayés et qui sont prêts à continuer, devront être soutenus et encouragés pour leur implication et leur volonté de changer et bonifier le monde.

Un jour peut-être viendra où l’histoire nous donnera raison. Espérons seulement qu’il ne sera pas trop tard.

shutterstock-161976290-429233_371x268

Les produits dérivés des musées

Une enquête de la FIMIF (Fédération Indépendante du Made in France) de juin 2016 s’est intéressée  aux produits dérivés et cadeaux vendus dans les boutiques des musées et plus précisément à leur provenance. Cette enquête menée entre mars et mai 2016 et publiée en juin s’est penchée sur 13 musées parmi lesquels le Louvre, Pompidou, la Tour Eiffel, Orsay ou encore le Quai Branly.

Très instructive concernant l’implication des musées français et de leurs boutiques officielles en matière de Made in France, nous pouvions nous attendre à ce que ces étendards du tourisme apportent une attention toute particulière aux produits vendus et pourtant il n’en est rien.

Le résultat de l’étude est sans appel, seulement 30% de l’offre proposées est de fabrication française avec par exemple aucun T-shirt de fabrication française trouvé dans les boutiques analysées.

L’enquête de la FIMIF distingue deux catégories d’articles ; ceux dits « hauts de gamme » et pour lesquels une large majorité est d’origine française et ceux « à bas coûts » majoritaire en volume et tous fabriqués à l’étranger, principalement en Asie.

Cette enquête nous apprend aussi qu’au niveau de la transparence pratiquement 4 produits sur 10 ne disposent d’aucune information concernant leur origine et que des pratiques visant à masquer les origines des produits ou à induire le consommateur en erreur ont été constatées dans différentes boutiques.

Par exemple ces étiquettes « maison » sur des produits du Château de Versailles qui ne mentionne nullement la provenance et sont collées de manières à cachet la mention d’origine.

etiquette

On encore ces produits sur lesquels sont apposés un drapeau tricolore ou avec un nom de marque à consonance française ou contenant le nom « Paris » afin de laisser penser qu’il s’agit de production Made in France alors qu’il n’en est rien.

étiquette 2

Pour autant les consommateurs sont demandeurs de produits Made in France selon une enquête menée par la Réunion des Musées Nationaux – Grand Palais (RNM-GP) qui est concessionnaire de plus d’une quarantaine de boutiques de musées sur le territoire national.

Nous pouvons donc nous demander ce qui bloque encore aujourd’hui sachant que les délais de livraison et la réactivité sont des éléments décisionnaires, de véritables avantages par rapport aux délais de transport, généralement trois mois pour faire venir un container d’Asie. De même, les boutiques des musées étant principalement gérées par deux grands opérateurs ils leur seraient possibles de réaliser des économies d’échelles en commandant de plus grandes quantités permettant de baisser le coût des produits Made in France.

Au Rêve du Dogon, nous travaillons au quotidien pour la défense du Made in France et pour proposer des produits de fabrication française à nos clients. Encore faut-il que ces derniers acceptent d’écouter les attentes des consommateurs et de mesurer les bienfaits de distribuer des produits de conception française.

Pour voir une sélection de nos produits Made in France, c’est par ici.

Pour en savoir plus et consulter l’intégralité de l’enquête, c’est par là.

illu_local_ethicity2016-600x317

Les français et la consommation responsable

Depuis maintenant 10 ans GreenFlex réalise des études afin de mieux comprendre les attentes et sensibilités des français en matière de consommation responsable.

Pour son édition 2016, cette étude nommée Ethicity, réalisée auprès de 4100 individus âgés de 15 à 74 ans, nous livre de nombreux enseignements.

Tout d’abord, plus de la moitié des français (51%) sont dans un logique de « consommer autrement » en faisant le choix d’aller vers des produits éco-labellisé, des produits locaux ou éthiques. Il y a 6 ans, selon la même étude, ils n’étaient que 37%.

Cette tendance est plutôt rassurante et c’est dans cette démarche que nous avons choisi de vous proposer chaque jour plus de produits labellisés, éthiques ou locaux et de vous informer sur l’impact de ces produits sur notre société et l’environnement. D’ailleurs, pour consulter une sélection de nos produits écologiques, c’est par là.

illu2_local_ethicity2016-600x284

Les français sont de plus en plus partie prenante et investis dans les logiques de consommation. En effet pour 76% des français, consommer responsable est un moyen de s’impliquer.  Cette implication va se traduire quotidiennement vers des réseaux de partage, d’occasion, « consommer autrement, c’est ne pas gaspiller, ne pas jeter ».

L’attention des français sur leur bien être ainsi que sur l’environnement augmente. Ainsi, 47% d’entre eux déclarent qu’un produit responsable doit être respectueux de l’environnement. Les produits recyclables, éco conçus et bios sont donc des à prendre en considération lors du choix de vos cadeaux d’affaires et goodies.

75% des français considèrent que le développement durable est une nécessité. Nous ne pouvons que nous féliciter de cette préoccupation massive pour le développement durable. Pour autant trop peu d’acheteurs et d’entreprises la prennent, aujourd’hui encore, en considération. Il nous reste donc encore beaucoup de pédagogie à faire à ce sujet.

Un besoin d’information

55% des français recherchent l’origine des matières premières et 53% le lieu de fabrication. Aujourd’hui les consommateurs sont majoritaires à solliciter l’information sur la provenance des produits qu’ils utilisent.

provenance

Au delà d’informer sur la provenance de nos produit,s nous développons au quotidien notre offre locale et Made in France afin de vous proposer les produits dérivés les plus adaptés à l’attente de vos clients et prospects. D’ailleurs pour consulter une sélection de nos produits Made in France, c’est par là.

 

Enfin, seulement 16% des français considèrent aujourd’hui que les entreprises leur donnent assez d’information sur les conditions de fabrication des produits.

Ce dernier point est essentiel et nous sommes à même de vous proposer une traçabilité totale des produits que nous vendons afin que nous puissions ensemble en faire un appui de votre communication. Pour cela et découvrir l’ensemble de nos produits, n’hésitez pas à nous contacter

 

Plus d’informations sur cette étude sur le site de GreenFlex

vie happy

La vie Happy

Le REVE DU DOGON a envie de partager avec vous l’étude « La vie Happy » réalisée par Mes courses Pour la Planète en partenariat  avec l’ADEME, Ikea et L’Institut de Liaison et d’Etudes des Industries de Consommation – Prodimarques.

L’objectif de cette étude est de recenser quelques-unes des nombreuses initiatives positives en cours pour améliorer la Planète. Elle prend le contre-pied des discours défaitistes, moralisateurs… qui ne font que décourager et montrent notre incapacité à changer le monde.

Cette étude a donc pris le parti de présenter le verre à moitié plein. Ce qui correspond pleinement à l’ADN du REVE DU DOGON.

L’étude se compose de 3 parties :

–       Pourquoi les approches actuelles ne marchent pas ? La vie Happy prend des exemples concrets pour montrer le rôle fondamental de la contagion positive pour modifier la norme sociale et entraîner le plus grand nombre.

–       Positiver les modes de vie durables : des leviers nouveaux pour changer les comportements. Dans cette 2ème partie, La Vie Happy s’attache à montrer des exemples divers et concrets d’entreprises ou d’individus qui font bouger le monde. Cela va de la Ville de San Francisco qui prône le « Zéro déchets » d’ici 2020 à des associations qui travaillent sur des projets plus modestes mais avec les mêmes objectifs : participer, réussir des expériences positives pour acquérir une meilleure estime de soi qui ne repose pas systématiquement sur la consommation.

–       Recommandations par catégorie d’acteurs : entreprises, médias, pouvoir publics. Cette dernière et 3ème partie est très concrète mais toujours positive. Elle s’attache notamment à montrer la puissance des marques et les atouts qu’elles ont pour porter des valeurs positives, montrer par l’exemple leur capacité de changement.

Cette étude montre que ce changement est en cours Il est partagé à travers le monde par des entreprises, des collectivités et des individus. Ces valeurs, le REVE DU DOGON les portent, en proposant des objets made In France, éco-conçus et en prônant leur personnalisation en France pour soutenir le monde des marqueurs.

 

Pour en savoir plus