DON-QUICHOTTE2

Le terrorisme ne doit pas jeter la COP 21 aux oubliettes. Au contraire.

L’Etat français doit montrer l’exemple et c’est loin d’être le cas.

Je vais illustrer mon propos par un exemple récent, presque anecdotique, auquel nous sommes trop souvent confrontés, qui prouve le décalage entre le discours et les actes de nos dirigeants et de nos administrations et la nécessité qu’il y a, à agir local et penser global (l’inverse est aussi vrai)

En effet, nous venons de répondre à un appel d’offres pour l’état français qui porte sur quelques centaines de milliers d’euros.

Certes, c’est un petit marché pour l’institution concernée qui veille sur notre sécurité intérieure et extérieure, et qui a fort à faire dans cette période de trouble.

Mais quand même, quel que soit le montant, ne pas faire une seule allusion à l’origine des produits, à leur condition de fabrication, est une aberration dans la rédaction d’un appel d’offres.

Aucune demande sur la démarche RSE des entreprises postulantes, aucune exigence sociale ou environnementale. C’est grave.

Les seuls critères de sélection sont les prix. Le moins cher possible. Peu importe, où et comment les pins’s, stylos et autres supports de communication seront fabriqués.

Rien à faire du bilan Carbonne, du salaire des salariés, du respect des conditions de travail, de l’écoconception des produits.

Pourtant une grande majorité de ces produits peuvent être fabriqués en France ou même en Europe, là où les normes sociales et environnementales, si elles ne sont pas encore idéales, sont largement au-dessus de celles des pays asiatiques.

Comme de braves soldats du Développement Durable, avec toute l’équipe du REVE DU DOGON nous avons quand même décidé de répondre à cet appel d’offres avec des produits écoresponsables. Nous avons proposé 40 % de produits Made in France, + 18 % imprimés en France et seulement 34 % imprimés et fabriqués en Asie.

Avant même que les plis soient ouverts nous savons que nous avons encore une fois joué les Don Quichotte. Nous allons être plus chers d’environ 30 % que nos concurrents.

Pourquoi ? Une seule raison.

Le salaire mensuel moyen d’un ouvrier chinois est de 120 à 200 euros alors qu’il est à 2 200 euros en France.

L’écart de salaire est de 1 à 10 voire 20 selon la région de fabrication entre la France et la Chine.

On pourrait se dire, qu’au final 30 % plus cher avec de tels écarts de salaires, c’est bien peu.

D’autant qu’il est aujourd’hui prouvé que 100 € d’achats réalisés en France ont en réalité un impact de 2 à 2,5 sur le montant initial. ( http://www.comite21.org/docs/infos21/2013/mai-pays-de-la-loire/slides-elcomite21-empreinteeco.pdf)

Concrètement, pour un appel d’offres comme celui-ci, d’un montant approximatif de 250 000 euros, il pourrait générer au minimum 500 000 euros de retombées pour l’économie française.

Multipliez ce chiffre par les milliers d’achats réalisés par l’Etat en une année, et vous pourriez estimer facilement le manque à gagner pour le pays.

D’autres choix sont possibles, faut-il encore que les politiques fassent appliquer à leurs administrations les principes annoncés avec tambours et trompettes à Paris cet hiver.

Si le code des marchés, fer de lance du libre-échange, ne permet pas de prendre en compte les critères conciliant développement économique, protection et mise en valeur de l’environnement avec progrès social, il est impératif changer le code des marchés.

Certes, l’actualité quotidienne est chargée d’actes monstrueux, de conflits et de drames partout dans le monde, qui pourraient faire passer ces questions comme mineures.

Mais au contraire, elles sont essentielles pour offrir aux générations futures, du travail, des conditions de vie décentes, la paix, la liberté, l’égalité et la fraternité.

Ce n’est pas en nivelant vers le bas que nous allons atteindre les objectifs planétaires que la COP 21 a fait validé par 187 pays.

2017 approche. Le futur candidat aux élections présidentielles devra proposer un projet qui réponde aux enjeux locaux, nationaux et mondiaux.

Au-delà des discours, il va falloir des actes. Ceux qui n’ont rien tenté alors qu’ils sont au pouvoir, devront être sanctionnés.

Ceux qui ont essayés et qui sont prêts à continuer, devront être soutenus et encouragés pour leur implication et leur volonté de changer et bonifier le monde.

Un jour peut-être viendra où l’histoire nous donnera raison. Espérons seulement qu’il ne sera pas trop tard.